Nuits du film anticolonial

mardi 5 février 2008
popularité : 6%

NUIT DU FILM ANTICOLONIAL SAM 16 FEV 21H30

Samedi 16 Février 2008 de 21h30 à 6 heures le lendemain

AU CINEMA 3 Luxembourg 67, rue Monsieur le Prince Paris 75005 – M° Luxembourg ou Odéon

LA NUIT DU FILM ANTICOLONIAL

PARTICIPATION AUX FRAIS : 20 euros – 10 euros (précaires) RESERVATION CONSEILLEE AU 06 80 63 39 65

Dans le cadre de la semaine anti-coloniale, L’Yeux Ouverts propose un programme de films de fictions et documentaires.

Programme SALLE 1

21h30 : NAKBA, PALESTINE 1948 - PREMIERE EUROPEENNE et rencontre avec Ryuichi Hirokawa Documentaire de Ryuichi Hirokawa (130 mn - 2008)

C’est un film de témoignages sur la période de 1948 à nos jours, avec des Israéliens, des réfugiés palestiniens et leur héritiers, tourné de façon autobiographique. HIROKAWA Ryuichi se rend au Kibbutz Daliya,40 ans après un premier séjour, pour recueillir des témoignages de ces résidents. Entre 1967 et 70, alors que Hirokawa y vivait et travaillait, il a découvert un jour des ruines d’un village juste à côté du Kibbutz. Il avait fini par comprendre que le kibbutz a été bâti sur les ruines du village palestinien détruit par les Israéliens. Ce village s’appelait Kafr Bir’im. Il fut boulversé et choqué par cette vérité et voulu retrouver les anciens villageois palestiniens, mais c’était très difficile à cause des conflits incessants. Dans ce film ce photographe et cinéaste japonais reconnu par la critique internationale, montre sa quête pour retrouver les témoins de ce village. Il brosse ainsi un tableau de 60 ans de l’exil palestinien...


0h 30 : DÉJÀ LE SANG DE MAI et rencontre avec René Vautier Documentaire de René Vautier et Maylie Frasson-Marin (61 mn - 1982-83)

Ce film retrace l’histoire de l’Algérie par des gravures, dessins et peintures de la période pré-coloniale, avec les commentaires de : kateb Yacine, M’Hamed Issiakem, Mohamed Kouali, Boudjema Kareche, Roland Bacri, Germaine Tillon... Kateb Yassine apporte des informations importantes sur les massacres de Sétif du 8 au 13 Mai 1945 et sur la politique française dans les colonies (Indochine, Madagascar, AOF). Il pose également un point de vue intéressant sur Albert Camus. Le film contient beaucoup d’images d’archives et n’a pas été beaucoup vu à ce jour...


2h00 : OUARZAZATE MOVIE Documentaire de Ali Essafi (57 mn - 2001)

Ouarzazate, petite ville du sud marocain dont les habitants et le paysage désertique servent de décor à certaines grandes productions cinématographiques occidentales. De Kunudun à Astérix en passant par Gladiator, du péplum à la énième version de la Bible en passant par une reconstitution des temps de l’esclavage, la population tout entière fait de la figuration pour des films qu’elle ne verra jamais. C’est derrière l’enceinte grillagée et dans les vestiaires des studios, que le réalisateur regarde vivre le petit peuple des tournages. Avec humour et dérision, il montre le décalage entre la puissance d’un cinéma commercial qui impose ses images et ses manières de voir, et la situation de dépendance économique d’une main d’oeuvre locale bon marché...


03h 30 : QUEIMADA (sous réserves) FICTION de GILLO PONTECORVO, (110 mn - 1969) avec Marlon Brando, Evaristo Marquez, Renato Salvatori...

1845. Sir William Walker débarque sur l’ïle de Queimada chargé par le gouvernement Anglais de fomenter une rébellion permettant ainsi aux grandes compagnies marchandes de contrôler les plantations de cannes à sucre. Walker rencontre José Dolores, un docker noir qui lui paraît être l’homme de main dont il a besoin. Il s’adjoint aussi les services de Teddy Sanchez, un bourgeois ambitieux... Un film qui a marqué nos consciences, à voir absolument pour clore cette nuit !


PROGRAMME SALLE 2 23h 30 :

DJIBAOU le pardon - en présence des auteurs

Documentaire de Walles Kotra et Gilles Dagneau (52 mn – 2005)

Le 26 juin 1988, Jean-Marie Tjibaou et JAcques Lafleur signent les accords de Matignon, sous l’égide du gouvernement de Michel Rocard, à la suite du conflit opposant les loyalistes (favorables au maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la République) et les indépendantistes. Ces accords prévoient une période de développement de dix ans, avec des garanties économiques et institutionnelles pour la communauté kanak avant que les Néo-Calédoniens ne se prononcent par référendum sur leur avenir. 4 mai 1989, l’assassinat de Jean-Marie Djibaou et de son bras droit Yeiwéné Yeiwéné par un autre kanak, Djubelly Wéa, a profondément divisé les clans et les familles. Rejettée, la tribu de Gossanah à Ouvéa, d’où est originaire la famille wéa, se retrouva au ban de la société Kanak. 15 ans après, Marie-Claude Djibaou, veuve de Jean-Marie Djibaou, Hnadrune Yeiwéné veuve de Yeiwéné Yeiwéné, Manaki Wéa, veuve de Djubelly Wéa, ont su se retrouver sur le chemin de la réconciliation. Ce film raconte cette histoire extraordinaire.


1h 00 : NOS SILLONS - en présence de la réalisatrice Documentaire de Sophie Delvallée (33 mn - 2007)

Rahim, militant anti-colonialiste, qui a quitté l’Algérie en 1948, se décide aujourd’hui à demander la nationalité française. Pour voyager, pour voter, tout autant que pour saisir où en sont nos blessures franco-algériennes...


02h 00 ON EST RESTÉS SUR LA DALLE, la bataille d’Argenteuil - AVANT-PREMIERE MONDIALE en présence du réalisateur Documentaire de Samir Abdallah (90 mn - février 2008)

Une chronique documentaire de la campagne de la Présidentielle et des Législatives de 2007 sur la dalle d’Argenteuil, du point de vue des candidats "de la diversité", comme on appelle pudiquement les enfants de l’immigration en France. Sur les 18 candidats qui se présentaient aux Législatives dans la 5ème circonscription du Val d’Oise (Argenteuil-Bezons), 6 sont originaires du Maghreb, sans compter les 5 suppléants qui rajoutent encore des couleurs à l’Affiche. Fort des résultats de Ségolène Royal au second tour de la Présidentielle (56%°), Faouzi Lamdaoui, porte les couleurs Socialistes pour les Législatives -avec une équipe où sont fortement représentés les Arabes et les Noirs de cette banlieue aux portes du quartier d’affaires de la Défense. Il rêve d’être le premier député issu de l’immigration des ex-colonies à l’Assemblée Nationale. Lors de leurs tournées dans les quartiers populaires d’Argenteuil et de Bezons, nos candidats de la "diversité" font remonter les paroles des habitants, leurs vrais souffrances, et leur désir d’une politique qui les prenne vraiment en considération, à commencer par le respect et la dignité. Mais le candidat de la Majorité au pouvoir, Georges Mothron, creuse l’écart à son avantage et fait même mieux en nombre de voix sur la circonscription que Nicolas Sarkozy. Et ceci malgré un taux d’abstention record. Alors candidats pour du Beur ?


A ARGENTEUIL AUSSI …

Samedi 16 Février 2008 à 18h

MAISON DES JEUNES ET DE LA CULTURE D’ARGENTEUIL 7, rue des Gobelins 95 Argenteuil

18h00 : DÉJÀ LE SANG DE MAI et rencontre avec René Vautier Documentaire de René Vautier et Maylie Frasson-Marin (61 mn - 1982-83)

Ce film retrace l’histoire de l’Algérie par des gravures, dessins et peintures de la période pré-coloniale, avec les commentaires de : kateb Yacine, M’Hamed Issiakem, Mohamed Kouali, Boudjema Kareche, Roland Bacri, Germaine Tillon... Kateb Yassine apporte des informations importantes sur les massacres de Sétif du 8 au 13 Mai 1945 et sur la politique française dans les colonies (Indochine, Madagascar, AOF). Il pose également un point de vue intéressant sur Albert Camus. Le film contient beaucoup d’images d’archives et n’a pas été beaucoup vu à ce jour...

Mercredi 20 Février 2008 à 20h

MAISON DES JEUNES ET DE LA CULTURE D’ARGENTEUIL 7, rue des Gobelins 95 Argenteuil

20h00 : ON EST RESTÉS SUR LA DALLE, la bataille d’Argenteuil - et rencontre avec l’auteur et les candidats Documentaire de Samir Abdallah (90 mn - février 2008)

Une chronique documentaire de la campagne de la Présidentielle et des Législatives de 2007 sur la dalle d’Argenteuil, du point de vue des candidats "de la diversité", comme on appelle pudiquement les enfants de l’immigration en France. Sur les 18 candidats qui se présentaient aux Législatives dans la 5ème circonscription du Val d’Oise (Argenteuil-Bezons), 6 sont originaires du Maghreb, sans compter les 5 suppléants qui rajoutent encore des couleurs à l’Affiche. Fort des résultats de Ségolène Royal au second tour de la Présidentielle (56%°), Faouzi Lamdaoui, porte les couleurs Socialistes pour les Législatives -avec une équipe où sont fortement représentés les Arabes et les Noirs de cette banlieue aux portes du quartier d’affaires de la Défense. Il rêve d’être le premier député issu de l’immigration des ex-colonies à l’Assemblée Nationale. Lors de leurs tournées dans les quartiers populaires d’Argenteuil et de Bezons, nos candidats de la "diversité" font remonter les paroles des habitants, leurs vrais souffrances, et leur désir d’une politique qui les prenne vraiment en considération, à commencer par le respect et la dignité. Mais le candidat de la Majorité au pouvoir, Georges Mothron, creuse l’écart à son avantage et fait même mieux en nombre de voix sur la circonscription que Nicolas Sarkozy. Et ceci malgré un taux d’abstention record. Alors candidats pour du Beur ?

Vendredi 22 Février 2008 à 20h

MAISON DES JEUNES ET DE LA CULTURE D’ARGENTEUIL 7, rue des Gobelins 95 Argenteuil

20h00 : rencontre avec René Vautier AFRIQUE 50 Documentaire de René Vautier (20 mn - 1950)

A la fin des années 40 la Ligue de l’enseignement propose à René Vautier de réaliser un film montrant "comment vivent les villageois d’Afrique occidentale française". Ce film est destiné à être montrer aux élèves des collèges et lycées de France. En accompagnant une équipe de routiers éclaireurs de France, il doit ramener des images sur la réalité africaine, puis en faire un montage. Vautier arrive donc en Afrique à 21 ans, sans idées préconçues. Cependant, de son périple africain, sortira le premier film anticolonialiste français. Sur le sol africain, Vautier est accompagné par le gouverneur. Ce dernier tend à conseiller à Vautier de filmer les ananas du jardin de l’Office du Niger, alors que le documentariste était plus intéressé par les galériens noirs qui manoeuvraient à bras les vannes d’une écluse d’un barrage qui alimentait en électricité les maisons des blancs, mais pas le barrage : les Nègres coûtent moins cher... Vautier est révolté par le vrai visage du pouvoir colonial. Pendant près d’un an, en partie accompagné par Raymond Vogel, il parcourt le Mali, la Haute Volta, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Burkina Faso. Et il filme, grâce aux Africains qui le protègent.

LES 3 COUSINS Fiction de René Vautier (20 mn - 1969) avec Mohamed Zinet, Farouk Derdour, Hamid Djellouli

Tourné à Argenteuil cette fiction tragique focalise sur les conditions de vie de trois cousins algériens à la recherche d’un travail en France. Logés dans un étroit réduit, le po^le à charbon utilisé pour le chauffage provoque leur asphyxie...

ET ENCORE A NANTERRE… Jeudi 21 Février 2008 à 20h45 CINEMA LES LUMIERES A NANTERRE rue Maurice Thorez - RER Nanterre Ville

20h45 : LA BATAILLE D’ALGER Fiction de Gillo PONTECORVO (100’ - 1966)

Le film, qui avait été interdit de sortie en France en 1966 (sorti en 1971 et retiré de l’affiche rapidement après un attentat dans le cinéma), vient de sortir de l’oubli après un passage aux Etats-Unis. Considéré par beaucoup comme un film du patrimoine algérien, La Bataille d’Alger reste le plus important témoignage de l’époque. Son producteur, Yacef Saadi, premier producteur indépendant et surtout un des chefs du FLN pendant la guerre, y joue son propre rôle. L’arrivée des paras du Commandant Mathieu dans la Casbah d’Alger sonne le glas pour la résistance et son chef, Ali La Pointe. Le démantèlement du réseau du FLN continue. La victoire est française. Mais, l’histoire le dira trois ans plus tard, l’Algérie réclame son indépendance…

Interprètes : HADJADJ, Brahim (Ali La Pointe) / SAADI, Yacef (Saari Kader, son propre rôle) / MARTIN, Jean (Colonel Mathieu) / BOURIHIYA, Fatma / AL KADER, Fawla / ROUICHED / KERBASH, Michèle / KASSEN, Ben / PALETTI, Ugo / Non professionnels



Commentaires