COMITE DE SAUVETAGE DE L’INTEGRITE DES COMORES

mardi 3 juin 2008
popularité : 5%

COMITE DE SAUVETAGE DE L’INTEGRITE DES COMORES

Après avoir affirmé avec force l’appartenance de l’île de Mayotte à l’ensemble comorien et réitéré leur volonté de trouver une solution définitive et juste au lourd contentieux qui nous oppose depuis plus de 3O ans à l’ancienne puissance colonisatrice au sujet de l’île comorienne de MAYOTTE, le Président SAMBI et son ministre des affaires extérieures viennent piteusement de se déjuger.

Les signataires de ce communiqué ne peuvent comprendre, ni accepter qu’il soit mis fin à l’interdiction signifiée à juste titre récemment aux autorités françaises, d’expulser des Comoriens de la terre comorienne de Mayotte, vers les autres îles. Cet ukase qui, une fois de plus, ne relève que de la seule responsabilité du Président Sambi et de son gouvernement, ne tient compte ni de l’indépendance nationale, ni de la souveraineté du pays, qui sont pourtant imprescriptibles et inaliénables.

Explicitement, la décision d’accepter les déplacements forcés de personnes sur leur propre territoire, qui plus est, par une force étrangère (les autorités françaises), rendent inéluctablement complices, les autorités comoriennes, du "crime contre l’humanité", en facilitant par leur léthargie, "l’épuration ethnique" en prévision de la départementalisation à venir de Mayotte.

Aussi, pour la première fois dans l’histoire de notre pays, après les accords scélérats "du Rocher" à Mayotte, faisant des Comoriens originaires de Ngazidja, de Mwali,et de Ndzuwani, des clandestins à Mayotte, les autorités comoriennes s’apprêtent le 15 mai prochain, à dérouler le tapis rouge sous les pieds de ces mêmes autorités françaises (dont le secrétaire d’Etat français à l’Outre Mer ! !), sur le sol de la capitale des Comores. Pendant qu’au même moment, sous la houlette de Vincent Bouvier, le préfet de Mayotte, n’a de cesse de haranguer la population pour qu’elle fasse montre de moins de bonté et de mansuétude envers ceux qu’il appelle "les clandestins comorien". Il s’agit assurément là, d’une incitation caractérisée à la haine et à la violence, perpétrées en terre comorienne de Mayotte, sans que les autorités comoriennes ne pipent mot.

Cela devient d’ailleurs, une habitude pour les autorités comoriennes qui se sont toujours interdit de dire quoi que ce soit, qui puisse indisposer leurs contempteurs et bienfaiteurs français. Il en est ainsi du calvaire vécu à Mayotte, au quotidien par leurs compatriotes sous la férule d’une administration française, peu regardant des droits de l’homme ou pire, les milliers de morts comoriens, par noyades parfois provoquées.

S’agissant d’une question éminemment politique et de surcroît relative à la souveraineté nationale, les signataires de ce communiqué, réunis à Paris, en assemblée ce dimanche, 11 Mai 2008 déplorent que le Précisent de l’Union n’ait pas jugé utile de consulter ni la représentation nationale, ni les partis politiques, ni la Cour constitutionnelle, ni la société civile.

Eu égard à toutes ces considérations et en espérant un engagement de tous les instants des partis politiques des élus comoriens et de la société civile, les signataires de ce communiqué, 1) lancent un appel pour un sursaut national sur les déstabilisations à répétitions des Comores, induites par la puissance occupante de l’île comorienne de Mayotte 2) conjurent les autorité comoriennes et surtout, le Président Sambi de marquer leur législature du sceau du courage et de l’honneur , en s’engageant quelque en soit le prix, dans une logique de reconquête de notre souveraineté, de notre dignité et de notre intégrité : - en mettant fin aux marchés de dupes et aux actes d’humiliations et de provocations que sont les accords de coopération entre la France et les Comores qui n’ont de coopération que le nom, s’agissant des Comores, - en veillant dorénavant à ce que tout accord touchant à notre constitution fasse l’objet d’une discussion préalable avec la représentation nationale sous le couvert de la Cour constitutionnelle.. -en extirpant le contentieux franco-comorien, sur l’occupation illégale de l’île comorienne de Mayotte, du huis clos maléfique franco-comorien, pour un arbitrage régional et international - en exigeant de la France des gages de sécurité pour nos compatriotes pourchassés et malmenés à Mayotte par l’administration française - en se conformant aux règles et lois régies par les instances internationales et la Constitution comorienne qui consacrent le triptyque "souveraineté, dignité et intégrité", en aucun cas cessibles, ni négociables. Cela passe par le rétablissement de "l’interdiction signifiée aux autorités françaises d’expulser des Comoriens, de la terre comorienne de Mayotte vers les autres îles sœurs" Et la levée du criminogène "Visa Balladur" est un préalable

Communiqué signé à PARIS, le 15 Mai 2008 par :

- MUSTAPHA A. RAOUF du CAAC (Collectif des Associations et Amis des Comores) - SAID AHMED SAID MOHAMED du "Comité Marseillais pour l’Unité des Comores" - ABDALLAH AHMED du "Collectif pour la Défense de l’Unité et de l’Intégrité des Comores" (la Réunion) - ABDOURAHMANE AHMED de "SOS Démocratie" - BOINA FAHMI du CCMM (Collectif Comores-MasiwaMane) - SAID HASSANE JAFFAR du GRITAC (Groupe de Réflexion pour l’Intégrité Territoriale de l’Archipel des Comores) - JAFFAR YOUSSOUF de la GAC (Guilde des Artistes Comoriens) - ALLAOUI SALIM de l’ACDH (Association Comorienne des Droits de l’Homme) - SALIM HADJI HIMIDI (Ancien Ministre des Affaires Etrangères) - HISSANI IBRAHIMA (Ancien député et ancien ministre de l’Education Nationale) - etc



Commentaires

Logo de junicarttrip1980
mercredi 21 août 2013 à 16h26 - par  junicarttrip1980

Fall administering is grouping, collecting, treating plus disposing behoove waste. Round laymen set-up run intimidate be useful to denunciation is organised coupled with willing on no account techniques go wool-gathering courage hole hostingelite.pl - Hosting w Polsce

Logo de imlarledisc1973
dimanche 16 juin 2013 à 13h18 - par  imlarledisc1973

Acquire the time to research what possibilities you have available to you. You may well have even used hrs customizing your Avon homepage.
reklama online Łódź

lundi 16 juin 2008 à 14h51

Je trouve que vous faites beaucoup d’histoires sur cette question mahoraise.
Je suis Montpellierrain ayant vecu 4ans à Mayotte et je connais parfaitement cette question mahoraise, bien qu’au départ (avant de me renseigner sur l’histoire) j’étais pour une souveraineté du peuple comorien et donc à l’union de Mayotte face au reste des Comores.
Cependant, en m’interessant à l’histoire des Comores, j’ai compris que ces îles n’ont jamais été ensemble, car, gouvernés par des sultans batailleurs, ils étaient en guerre perpetuel c’est la France qui les a réuni lors de la colonisation générale des Comores (d’où la transhumance) alors que l’île a été cédé à la France par Andriantsouly justement pour qu’elle soit protégé par les autres îles.

En effet, cette réunion des îles de l’archipel des Comores s’est faite seulement lors de la Colonisation avec Madagascar comme capital économique.

Ensuite, j’estime qu’il n’est pas normal qu’il y’ait des personnes qui proclament l’avenir d’un tiers personne à l’encontre du choix de ce dernier.
De celà, pensez vous faire ce choix à la place des premiers concernés parceque vous pensez que ceux ci ne sont pas capable d’une quelconque reflexion ?

C’est pour ces raisons que je pense qu’au lieu de jalousie et de détournement des vrais problèmes affectants les Comores aujourd’hui, les associations Comoriens feraient un role plus remarquable en aidant au developpement de leur îles.