Message de Salah Hamouri depuis sa prison .....6 ans, 8 mois et 15 jours. Salah doit être libéré le 28 novembre !

lundi 28 novembre 2011
popularité : 2%

Un message de Salah depuis sa prison

"J’ai espéré être avec vous ces prochains jours mais on sait bien que l’occupation essaie toujours de confisquer notre joie et notre espoir. Mais notre volonté et la votre, notre combat et le votre, et les buts collectifs pour la liberté et la justice vont continuer à dessiner notre chemin pour le futur. Et pour un nouveau monde sans occupation et sans souffrances."

Salah Hamouri

Prison de Shata

Le 23 novembre 2011


6 ans, 8 mois et 15 jours. Salah doit être libéré le 28 novembre !

[...] Le certificat du Comité International de la Croix Rouge (CICR) dûment établi le 26 octobre 2011 indique très clairement que : « Selon les informations reçues des autorités israéliennes » Salah devait accomplir une peine de 6 ans, 8 mois et 15 jours (période administrative) à compter du 13 mars 2005.

Ce certificat très officiel et très récent est également très clairement signé par la déléguée du CICR sur place, Madame Patricia Remacle. Elle est facilement joignable.

Les tampons du CICR sont clairs et nets et ils ne présentent aucune altération, comme on a pu l’entendre ici ou là. Honteusement. Pour se décharger de ses responsabilités et pour marquer un refus obstiné à intervenir pour que cette libération s’opère le 28 novembre, date donnée par les israéliens eux-mêmes.

L’Etat français est encore et encore devant ses responsabilités.

Nous nous sommes réjouis de la libération du soldat franco-israélien Guilad Shalit. Il n’est pas excessif de dire – et nous ne les en blâmons pas – que les responsables français ont été particulièrement actifs sur ce dossier.

Mais cela ne fait que souligner du même coup l’attitude aux antipodes qu’ils observent vis-à-vis d’un civil franco-palestinien. L’un avait le « droit » de tuer. Le second, Salah, est un étudiant condamné qui, sans la moindre preuve, à été condamné à cet emprisonnement au « motif » qu’il aurait eu « une intention ».

Preuve supplémentaire s’il en était besoin : des parlementaires de toutes les tendances politiques ont écrit au Président de la République pour être reçus à ce sujet. Aucune réponse. Salah n’a pas été libéré avant terme mais plus encore il nous faut maintenant exiger qu’il sorte à la date prévue ! Et en haut-lieu on fait le « dos rond ». Comment accepter cette dissymétrie ? On continue donc, forts de notre bon « droit », pour exiger la libération de Salah le 28 novembre !

JPEG - 222.2 ko


Commentaires