Appel contre l’hommage au général Bigeard

lundi 5 décembre 2011
popularité : 2%

Les cendres du général Bigeard doivent être transférérées prochainement aux Invalides. Après la loi du 23 février 2005 sur la colonisation « positive », après les stèles de Marignane et d’ailleurs honorant la mémoire des membres de l’OAS, cette initiative relève, encore, de la falsification historique, clame un collectif de signataires, dont notamment Raymond Aubrac, Josette Audin, Pierre Laurent, Noël Mamère, Salah Amokrane, Mouloud Aounit, Didier Daeninckx ou Patrick Chamoiseau.

Des lecteurs de Mediapart avaient déjà spontanément protesté contre cette provocation : lire ici la tribune de Roland Rappaport et là celle de Henri Pouillot.


De son vivant, le général Bigeard a toujours bénéficié de l’admiration des forces politiques les plus réactionnaires et de leur soutien actif. Et voici qu’une année après sa mort, il est de nouveau utilisé pour une manœuvre politicienne, orchestrée par le ministre de la Défense, dont le passé d’extrême droite est connu : le transfert aux Invalides de ses cendres.

Cette initiative est doublement pernicieuse.

D’une part, il y a une certaine indécence à mettre Bigeard au rang d’autres grands militaires qui y reposent, parfois depuis des siècles. On peut avoir des analyses critiques sur tel ou tel d’entre eux, mais beaucoup mirent leur génie au service de la défense du territoire français.

D’autre part, et surtout, une telle initiative serait une insulte à divers peuples qui acquirent au prix fort, naguère, leur indépendance. Ces pays sont libres depuis des décennies, ils ont le plus souvent des relations cordiales avec le nôtre. A-t-on pensé un instant quel signal le gouvernement français s’apprête à leur envoyer ? Est-ce du mépris à l’état pur ou de l’inconscience ?

On nous présente cet officier comme un héros des temps modernes, un modèle d’abnégation et de courage. Or, il a été un acteur de premier plan des guerres coloniales, un « baroudeur » sans principes, utilisant des méthodes souvent ignobles. En Indochine et en Algérie, il a laissé aux peuples, aux patriotes qu’il a combattus, aux prisonniers qu’il a « interrogés », de douloureux souvenirs. Aujourd’hui encore, dans bien des familles vietnamiennes et algériennes, qui pleurent toujours leurs morts, ou dont certains membres portent encore dans leur chair les plaies du passé, le nom de Bigeard sonne comme synonyme des pratiques les plus détestables de l’armée française.

Nous n’acceptons pas que la notion d’héroïsme soit liée à l’histoire de cet homme. Lors des guerres coloniales conduites par la France, les vrais héros étaient ceux qui, dans les pays colonisés, luttaient pour la liberté et l’indépendance de leurs peuples, ceux qui, en métropole, ont eu la lucidité de dénoncer ces conflits, si manifestement contraires au droit international, au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et à l’intérêt même de la nation française.

L’objectif aurait été de réveiller les guerres mémorielles que les manipulateurs à l’origine de cette initiative ne s’y seraient pas pris autrement.

Nous exigeons que le gouvernement français renonce à cette initiative historiquement infondée, politiquement dangereuse et humainement scandaleuse.

Premiers signataires

1. Salah Amokrane, militant associatif 2. Mouloud Aounit, président d’honneur du MRAP 3. Raymond Aubrac 4. Josette Audin 5. Sami Boumendjel 6. Patrick Chamoiseau, écrivain 7. Didier Deaninckx, écrivain 8. François Gèze, éditeur 9. Mohamed Harbi, historien 10. Pierre Laurent, secrétaire national du PCF 11. Anicet Le Pors, ancien ministre 12. Alban Liechti, soldat du refus 13. Noël Mamère, député Europe écologie les Verts 14. Rosa Moussaoui, journaliste 15. André Nouschi, historien, Professeur honoraire de l’Université 16. André Roch, officier d’active en retraite 17. Alain Ruscio, historien 18. Pierre Tartakowsky, président de la LDH 19. Sylvie Thénault, historienne 20. Raphaël Vahé, président de l’Association républicaine des anciens 21. combattants (ARAC) 22. Françoise Vergès, politologue

Ont également signé cet appel :

1. Samia Ammour, militante féministe 2. François Asensi, député de la Seine-Saint-Denis 3. Éliane Assassi, sénatrice de la Seine-Saint-Denis 4. Catherine Ballestero, présidente de la fédération de Paris du MRAP 5. Michel Berthelemy, secrétaire de l’Association Anciens d’Algérie et 6. leurs ami(e)s contre la guerre 7. Pierre Brocheux, historien 8. Alain Brossat, professeur émérite de philosophie 9. Christiane Chaulet-Achour, professeur des Universités 10. Guillaume Chérel, écrivain 11. Sharon Courtoux, Association Survie 12. Nadir Dendoune, journaliste et auteur 13. Philippe Dieudonné, vice-président de la LDH, Bouches-du-Rhône 14. Yvan Donnat, syndicaliste, Association des pieds noirs progressistes 15. Bernard Doray, psychanalyste 16. Jean-Paul Faivre, chirurgien-dentiste, capitaine de réserve 17. Patrick Farbiaz, association Sortir du Colonialisme 18. Amal Fardeheb, secrétaire générale de l’association Ajouad Algérie Mémoires 19. Jacques Fath, responsable des relations internationales au PCF 20. René Gallissot, professeur émérite des Universités 21. Jean-François Gavoury, Association nationale pour la protection de la 22. mémoire des victimes de l’OAS (Anpromevo) 23. Sébastien Jahan, historien, Université de Poitiers 24. Mohamed Kacimi, écrivain 25. Ahmed Koulakssis, historien 26. Mehdi Lallaoui, réalisateur 27. David Langlois-Mallet, journaliste 28. Moussa Lebkiri, comédien 29. Olivier Le Cour Grandmaison, politologue 30. Patrick Le Hyaric, directeur de L’Humanité 31. Pierre-Oscar Lévy, cinéaste 32. Hélène Luc, sénatrice honoraire 33. Gilles Manceron, historien 34. Sophia Mappa, chercheure, universitaire 35. Claire Mauss-Copeaux, historienne 36. Gilbert Meynier, historien, professeur émérite de l’Université 37. Jean-Yves Mollier, historien, professeur, Université Versailles-Saint-Quentin 38. François Munier, président du conseil local de Nancy du MRAP 39. Philippe Mussi, adjoint au maire de Valbonne Sophia Antipolis, 40. conseiller régional 41. François Nadiras, militant LDH, Toulon 42. Roma Napoli, artiste plasticienne. 43. Jean-Philippe Ould-Aoudia, Les Amis de Max Marchand, de Mouloud 44. Feraoun et de leurs compagnons 45. Bérangère Portalier, rédactrice en chef de Causette 46. Henri Pouillot, témoin de la guerre d’Algérie, militant antiraciste, 47. anticolonialiste 48. Jean-Bernard Pouy, écrivain 49. Jacques Pradel, président de l’association des Pieds noirs progressistes 50. Yvon Quiniou, philosophe 51. Annie Rey-Goldzeiguer, historienne, professeur, Université de Reims 52. Jean-Louis Roy, médecin 53. Frédéric Sarkis, association Sortir du colonialisme 54. Rina Sherman, écrivain, cinéaste 55. Charles Silvestre, journaliste, coordinateur de l’Appel des Douze 56. Jean-Daniel Simon, cinéaste 57. Valète Staraselski, écrivain 58. Keltoum Staali, enseignante, journaliste, écrivain 59. Irène Tautil, présidente d’ATTAC-Var 60. Odile Tobner, Écrivain 61. André Vareyon, Officier d’active en retraite

*Pour vous joindre à cet appel : nonabigeardauxinvalides.net




Commentaires