La Droite Populaire

popularité : 5%

Dans la catégorie LES DEPUTES QUI BRIGUENT LA CARTE DE MEMBRE D’HONNEUR DU F.N.

LA DROITE POPULAIRE

Sous ce vocable se dissimule une clique d’adeptes pratiquants d’une extrême droite à la manœuvre, dont l’obscénité n’a d’égale que la malhonnêteté intellectuelle. Que du beau monde, une sorte d’élite de l’abjection ! Une nomination conjointe les réunirait astucieusement dans la poubelle qui leur sert de Quartier Général.

14 juillet 2011. La Droite Populaire organise à l’Assemblée nationale un « apéritif saucisson-vin rouge pour fêter dignement la fête nationale ».

Thierry Mariani est favorable à la remise en cause du droit du sol « à titre personnel » et le redit sans nuance à Mediapart en juillet 2011, faisant allusion à la situation de Mayotte. Sans oublier la une de Minute qui lui a été consacrée en Octobre 2011 au titre choc : « Vote des étrangers, pourquoi c’est non ! »

25 octobre 2011. Le député de la Droite populaire Philippe Meunier propose de réserver l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) aux « Français, européens et ressortissants étrangers ayant combattu pour la France ».

9 novembre 2011. « La carte d’identité, elle n’est souvent que la carte bancaire, voire la carte Vitale pour certains », a dit le député Lionnel Luca La nationalité n’est pas « une situation administrative », elle « se mérite », c’est « une fierté », un « attachement à la nation », qu’on obtient pas comme « un baril de lessive », renchérissent ses petits camarades.

Janvier 2012. La députée UMP Brigitte Barèges, membre de la droite populaire, a utilisé le terme de « préférence nationale » pour l’accès à l’emploi, une expression utilisée pendant longtemps par le Front national, lors d’une émission politique diffusée sur France 3 Midi Pyrénées « Ce que je dis simplement, c’est qu’entre ceux qui veulent ouvrir toutes grandes les portes - par souci doctrinaire et surtout électoraliste - et ceux qui veulent toutes les fermer - par repli un peu xénophobe - nous sommes au milieu, c’est-à-dire en traitant le mieux possible les besoins de la France dans un contexte économique très grave où le chômage augmente et où il nous faut, c’est vrai quand même, accueillir la préférence nationale », a-t-elle déclaré C’est cette même sexologue avertie qui en mai, Barèges avait lancé à propos du mariage homosexuel : « et pourquoi pas des unions avec des animaux ? », avant de se rétracter.



Commentaires

Logo de Kalinka
dimanche 12 février 2012 à 21h09 - par  Kalinka

Ce sera eux les winners, inch’allah !

Logo de Michèle
lundi 6 février 2012 à 23h45 - par  Michèle

Qu’est-ce qu’ils disaient en Tunisie ? "Dégage !"