Le Général Didier Tauzin

popularité : 3%

Didier Tauzin, alors colonel, servit au Rwanda de 1990 à 1993. Il commanda en particulier l’opération Chimère (février-mars 1993) qui avait pour but de voler, une fois de plus, au secours des Forces armées rwandaises (FAR) incapables de résister seules à une nouvelle offensive des troupes du Front patriotique rwandais (FPR).

Le 6 avril 1994, le génocide des Tutsis débute. Le 22 mai, le président rwandais par intérim Théodore Sindikubwabo, demande à son homologue français François Mitterrand de renouveler son aide matériel et diplomatique. Est-ce pour cela que ce dernier décide d’intervenir « en toute urgence » au Rwanda à la mi juin 1994 en lançant l’opération Turquoise, censée secourir les victimes du génocide - alors qu’à cette date, plus d’un demi million de Tutsis ont déjà été massacrés ?

 C’est le moment où Didier Tauzin revient au Rwanda, prêt à en découdre à nouveau avec le FPR, comme il le déclare ouvertement. La « zone humanitaire sûre » créée par l’opération Turquoise à l’ouest du Rwanda est utilisée comme refuge par les auteurs du génocide, en passe d’être défaits militairement par le FPR, au lieu de protéger les victimes du génocide et d’arrêter les génocidaires.

 Le Général Didier Tauzin a écrit l’année dernière Rwanda : je demande justice pour la France et ses soldats . Ce livre est un plaidoyer pour le rôle de la France – et surtout de l’armée française - au Rwanda entre 1990 et 1994, rôle qu’il estime incompris, voire outrageusement stigmatisé. En plus des inepties habituelles sur l’atavisme prétendu des « Tutsi et Hutu qui se vouent une haine ancestrale » qui « interdisait l’utopie d’une réconciliation », le comble du cynisme est atteint quand Didier Tauzin prétend rendre le FPR responsable des six millions de morts de la région des Grands Lacs (au Rwanda et au Congo Kinshasa) parce que ce mouvement a déclenché la guerre de 1990.



Commentaires

Logo de JZL
lundi 13 février 2012 à 00h12 - par  JZL

Opérations Chimère, Turquoise, Licorne... un vrai conte de fée, (compte de fait ?) la Françafrique.