soutien au peuple guadeloupéen en lutte

jeudi 19 février 2009
popularité : 4%

FRONT DEMOCRATIQUE DES COMORES

Département des relations extérieures

Message de soutien aux mouvements, organisations politiques et sociales du peuple guadeloupéen en lutte.

Chers camarades,

Voici pratiquement un mois, depuis que le peuple guadeloupéen s’est soulevé pour sa liberté. Depuis des nombreux jours, sous la direction juste et collective du LKP, les femmes et hommes de la Guadeloupe sont débout pour dire non aux politiques néolibérales, mais en même temps démontrer par le combat, que lutter contre les inégalités sociales, les injustices et l’exploitation, est un droit inaliénable, par conséquent un devoir pour tous les militants du progrès et de l’émancipation des hommes sur la surface de la terre.

Les militantes et militants du Front Démocratique des Comores, où qu’ils se trouvent, à l’intérieur des Comores comme à l’extérieur, partagent totalement votre combat. Le Front Démocratique des Comores, exprimant ici les aspirations révolutionnaires du peuple comorien, salue la mobilisation et la détermination du peuple frère de Guadeloupe mais aussi le sang froid de ses dirigeants en lutte.

Chers camarades,

Pendant que nous écrivons ces lignes, nous sommes attristés par le décès d’un camarade syndicaliste Jacques BINO, militant de la CGTG, du LKP et d’Akiyo, dont la mort mystérieuse entre dans la logique répressive de l’Etat français et de la collusion avec les intérêts occulte du Patronat. C’est encore l’Etat français qui a choisit, avec le patronat, le pourrissement de la situation, croyant ainsi pouvoir briser l’unité et la détermination de la Guadeloupe en lutte. Mais le contraire s’est produit : les masses et l’ensemble des travailleurs, instruits par l’histoire et notamment les événements de 1967, s’attendaient courageusement au pire et se sont préparés à faire face physiquement, politiquement et moralement.

Chers camarades,

En ces temps très durs pour les travailleurs et le peuple de la Guadeloupe, le Front Démocratique de Comores veut faire la démonstration que vous n’êtes pas seuls, que dans le monde entier et particulièrement aux Comores, votre combat est nôtre. En ce moment particulier où l’Etat français, voulant parfaire son œuvre colonial de partition de la Nation comorienne, organise un référendum pour la départementalisation de Mayotte, partie intégrante des Comores éternelles : le 29 mars 2009.

Comme d’habitude, l’Etat colonial, vend son projet de morcellement définitif des Comores, à travers une politique illusoire d’assistanat permanent et d’alignement hypothétique des prestations sur la Métropole, dans environs 25 ans.

Comme d’habitude, pendant que les peuples des Dom se soulèvent, à Mayotte, la classe politique des nantis et bourgeois profiteurs du système, verrouillent l’île pour qu’aucune voix discordante ne puisse être entendue. Les intimidations sont légion et le black out sur les événements en Guadeloupe est tel, qu’à Mayotte, la départementalisation est présentée comme un progrès social pendant que vous vous battez contre sa logique coloniale et discriminatoire.

Chers camarades,

Voilà pourquoi les pages de luttes que vous écrivez aujourd’hui sont pour l’humanité et en particulier à Mayotte source d’enseignement et de réconfort : rien n’est perdu tant qu’un peuple reste uni, combatif et fraternel.

Notre solidarité aujourd’hui va aux familles des camardes blessés et meurtri. Notre amitié va aux enfants véritables du peuple guadeloupéen pour leur dire ceci : votre lutte est juste, vous avez le soutien indéfectible du peuple comorien et plus particulièrement celui du Front Démocratique.

Vive la lutte du peuple de Guadeloupe !

Vive la solidarité internationale !

Moroni, ce mercredi 18 février 2009



Commentaires