L’assassinat d’un militant Tamoul à Paris

jeudi 20 décembre 2012
popularité : 5%

COMMUNIQUE DE PRESSE

A Paris, le 11.11.12

« L’assassinat d’un militant Tamoul à Paris »

C’est avec une grande tristesse et le cœur rempli de peine que nous sommes réunis aujourd’hui en mémoire à Mathinthiran Nadarajah, alias « Paruthi », lâchement assassiné le jeudi 8 novembre 2012 sur la Rue des Pyrénées, à Paris.

Mathinthiran était un homme exemplaire, défendant la cause tamoule depuis son très jeune âge.

C’est dans les années 80 qu’il a rejoint le mouvement des jeunes contre les discriminations raciales envers les Tamouls au Sri Lanka. Exilé en France, il a soutenu la cause en devenant le responsable et dirigeant de l’association socioculturelle Franco-Tamoule, qui est le Comité de Coordination Tamoule de France. Son dévouement et sa détermination à la cause Tamoule étaient remarquable. Ils été un leader unificateur de la diaspora dans la lutte génocidaire menez par l’état Sri Lanka contre le peuple tamoul.

Malgré plusieurs menaces et agressions par des inconnus, Mathinthiran avait fait preuve d’un courage exceptionnel et avait continué sa lutte pour défendre les droits du peuple Tamoul.

Son décès est une perte énorme pour la diaspora Tamoule.

Cette perte ne fera que renforcer nos convictions et notre détermination.

Aujourd’hui, la communauté Tamoule de France, mais aussi celle des autres pays dans le monde, est indignée et sous le traumatisme de cet acte barbare.

Exécutée dans leur propre pays, les Tamouls ne sont même plus en sûreté dans les pays leur ayant accordé l’asile.

Comme paru dans les medias, Il ne s’agit pas d’une guerre de clans ou d’une lutte entre groupes rivaux, mais d’un complot orchestré par l’état sri lankais avec la complicité d’autres états étrangers, et visant à déstabiliser et à intimider la diaspora tamoule qui est mobilisée et déterminée sur son objectif, l’indépendance du Tamil Eelam.

Les Tamouls au Sri Lanka ont été victimes d’un Complicité internationale et le pays du Sri Lanka où leur lutte pour le droit à l’autodétermination a été détruit et plus de 70.000 personnes ont été tuées durant la dernière période de la guerre en mai 2009.

Aujourd’hui, Sri Lanka a sortie de ses frontières et a commencé de cibler les militants au sein de la diaspora tamoule où nous e soupçonné de la complicité dans la même communauté internationale.

Selon certains États : « La Diaspora empêche la réconciliation voulue par certains pays de la communauté internationale et par l’état sri lankais ».

La version de guerre de clans tamouls favorise la propagation de rumeurs, une arme non négligeable pour le gouvernement sri lankais ne cherchant qu’à embrouiller les esprits et l’union des Tamouls.

Au jour d’aujourd’hui, les auteurs de ce meurtre sont en fuite, l’enquête suit son court...

Nous demandons à la Justice française de mener une enquête impartiale et indépendante, et de sanctionner les auteurs de ce crime.

Le dossier judiciaire de Mathinthiran, justifié par la défense de cause tamoule, ne doit pas conduire à un déni de justice. La douleur de la famille, notamment sa femme et sa fille, doit être soulagée.

Thiruchchothi Président de La Maison du Tamil Eelam mte.france@gmail.com 06 52 72 58 67



Commentaires

jeudi 22 novembre 2012 à 13h58

Merci pour cette information qui vient de m’aider. casino online