La France doit exercer une pression diplomatique sérieuse sur le Sri Lanka

lundi 21 janvier 2013
popularité : 2%

JPEG - 5.8 ko

La France doit exercer une pression diplomatique sérieuse sur le Sri Lanka

NOUVELLES DU SRI LANKA, LE « PARADIS TOURISTIQUES » :

DES ETUDIANTS PACIFIQUES ARRETES ARBITRAIREMENT DES CIMETIERES TAMOULS RASES ET PROFANES ET TOUJOURS DES DISPARU(E) S, DES ASSASSINATS, DES VIOLS ET DES TORTURES

Jaffna – Paris le 19 janvier 2013

En ce début 2013, l’État sri-lankais, qui a massacré plus de 40.000 civils en 2009 (chiffres de l’ONU et d’Amnesty International) continue à harceler le peuple tamoul, à le maintenir en situation d’apartheid, et à occuper militairement ses terres ancestrales. Les attaques continuent contre les pacifiques étudiants et les universitaires (notamment à Jaffna), la presse est muselée, et les représentants politiques tamouls sont persécutés. La haine de cet Etat terroriste est tel qu’il attaque même les morts, rasant les cimetières tamouls au bulldozer pour y construire des bases militaires et des hôtels destinés à accueillir les touristes du mondes entier piégés par les publicités fallacieuses pour le soi-disant « paradis sri lankais » tout comme le fut récemment la chaîne de télévision France 2 qui a diffusé un reportage sur ce même thème (du paradis touristiques). Que penser de responsables politiques qui attaquent mêmes les morts d’un peuple qu’ils détestent ? En France, seuls nes Nazis profanent les tombes des cimetières juifs et en déterrent les cadavres (cf. Carpentras). Ce qui se passe au Sri Lanka contre le peuple tamoul est exactement du même registre que ce que les Nazis firent au peuple juif au XXème siècle.

Des faits :

. L’université est une cible des militaires liberticides : A Jaffna, des étudiants, des professeurs universitaires, ont fait l’objet d’arrestations alors qu’ils ne faisaient que manifester pacifiquement. Les étudiants et les enseignants ont été arrêtés sur des accusations sans fondements et condamné à la « réhabilitation » (sorte de travaux forcés accompagnés de « lavage de cerveau ») sans aucune . La presse a été opprimée et la liberté d’expression atteinte : le journal Uthayan Quotidien a été harcelé. Le Journal Uthayan avait fait l’objet d’attaques à plusieurs reprises dans le passé, des journalistes ont été tués, attaqués et enlevés. . Les membres des partis politiques tamouls sont constamment harcelés sous diverses formes par le gouvernement sri lankais et son armée.
- Le 26 Décembre 2012, le bureau du Terroriste Investigation Division (TID) à appelé le leader du Front tamoul populaire nationale (TNPF) M. Gajendrakumar Ponnambalam pour interrogatoire.

- Le bureau de la circonscription nationale d’un parlementaire tamoule, M. Sritharan, a été attaqué. Ce raid intervient après le retrait de la protection de la police (protection à laquelle les élus ont droit, dans le monde entier) en Décembre 2012 sur ordres directs du secrétaire à la Défense, M.Gotabaya Rajapaksa, frère du président sri lankais, M.Mahinda Rajapakse . En dépit des interventions de gouvernements étrangers et d’organisations non gouvernementales, la protection de la police pour M. Sritharan n’a pas été rétablie. M. Sritharan est un représentant élu de la population de Jaffna. Il a échappé de justesse à une tentative d’assassinat le 7 Mars 2011 (et pourtant personne n’a été inculpé relativement à cet incident). Cela fait partie d’un plan d’élimination systématique des derniers élus tamouls vivants et critiques. Les autres ont été assassinées pour faire taire les voix dénonçant l’oppression des Tamouls par l’État.

. La justice est dominée : La mise en accusation, la semaine dernière, de la Juge Suprême, à une fois de plus mis en lumière les graves dangers de l’évolution de la dictature de Sri Lanka. Ces exemples illustrent les attaques systématiques organisées pour faire taire les dernières voix des survivants des massacres de 2009, pour obtenir le silence total des Tamouls dans l’île de Sri Lanka.

* UN NOUVEAU « NUREMBERG » EST INDISPENSABLE POUR LE SRI LANKA

La communauté internationale doit prendre conscience du fait que la séparation des pouvoirs ne fonctionne pas au Sri Lanka. Toutes les institutions ont été placées sous le contrôle direct de la présidence exécutive. Les développements actuels prouvent clairement une fois de plus que tout mécanisme pour rechercher une solution interne et durable suite aux années de guerre est impossible. C’est comme demander à Hitler et aux nazis d’enquêter sur les crimes qu’ils ont commis contre le peuple juif. Un véritable « NUREMBERG POUR LE SRI LANKA » est indispensable. C’est pourquoi, la communauté internationale doit mettre en place un mécanisme d’enquête externe, impartial, indépendant, transparent, pour enquêter sur les crimes de guerre, crimes contre l’humanité et actes de génocide commis au Sri Lanka de 1948 à ce jour. En outre, la communauté internationale doit intervenir pour protéger les populations qui tentent de faire entendre leur voix par des moyens non violents. Nous appelons la communauté internationale et les ONG pour donner la priorité à ce droit fondamental, le « droit de vivre » pour le peuple tamoul du Sri Lanka.

IL FAUT UN TRIBUNAT INTERNATIONAL SUR LE SRI LANKA

Une fois de plus, nous demandons aux institutions internationales et aux Nations Unies d’adopter rapidement une résolution du Conseil de sécurité pour créer un tribunal afin d’enquêter sur les crimes continus contre l’humanité et le crime de génocide des Tamouls dans l’île du Sri Lanka. Ce tribunat pourrait statuer sur tous les faits, et alors, l’histoire jugera, avec impartialité, tant ce que firent les combattants des Tigres tamouls que les tortionnaires et massacreurs de l’armée de l’Etat terroriste sri lankais. * La France, pays exemplaire dans le domaine de la défense des Droits de l’Homme, devrait exercer une pression diplomatique sérieuse sur l’Etat terroriste du Sri Lanka. Nous, représentants de la diaspora tamoule en France, qui représente plus de NOMBRE de personnes travailleuses, pacifiques, respectueuses du pays qui nous accueille et de ses lois, nous en appelons A L’AIDE de la République française, de ses députés, sénateurs, élus au parlement européen et dans les collectivités territoriales. Nous en appelons A L’AIDE de la société civile française, ses associations et ses ONG. Nous en appelons A L’AIDE des médias français, et nous leurs demandons de faire réellement le travail appris dans les écoles de journalisme européennes : enquêter, s’informer, se renseigner, aller à la recherche de la réalité (ce qui relève de la déontologie journalistique) et de résister face aux très efficaces manipulations de l’Etat terroriste du Sri Lanka qui a très bien compris les leçons de propagande du nazi Goebbels ! La Maison de l’Eelam tamoul en appelle au président de la République française afin qu’il exerce une pression diplomatique sur le Sri Lanka.

P.S. Quant à la notion d’Etat terroriste : un Etat qui massacre le peuple qu’il devrait protéger, protège les auteurs de pogroms, réprime la culture, terrorise une partie de sa population, cautionne violeurs, assassins et tortionnaires… comment convient-il de le définir autrement ?

Email : mte.france@gmail.com.

Téléphone : 06 52 72 58 67

Page FaceBook :http://fr-fr.facebook.com/pages/Mai...

* Section française du Conseil International du Tamil Eelam

Site Internet : http://www.iceelamtamils.com/



Commentaires