La ‘‘déclaration de Malabo’’ : ‘‘L’île comorienne de Mayotte a été illégalement détachée’’

jeudi 28 février 2013
popularité : 2%

JPEG - 41.3 ko

28 février 2013

Les chefs d’Etat et de gouvernement présents au troisième sommet Amérique du sud-Afrique (Asa) ont terminé leurs travaux le vendredi dernier par une déclaration commune, la ‘‘déclaration de Malabo” en 54 points.

Dans ce document, ils “soutiennent l’approche globale de la crise du Mali comme indiqué par l’Union africaine et le conseil de sécurité des Nations unies“ et demandent à la communauté internationale de soutenir les processus de “retour à l’ordre constitutionnel“ à Madagascar et en Guinée Bissau, ainsi qu’à la “normalisation et la stabilisation“ de la Rd Congo et de la Centrafrique.

La déclaration n’a pas omis la question de l’île comorienne de Mayotte en confirmant, encore une fois, l’appartenance de Mayotte à l’Union des Comores. “Nous réaffirmons que l’île comorienne de Mayotte, qui a été illégalement détachée par l’ancienne puissance coloniale française à partir de l’Union des Comores, en violation du droit international et des résolutions de l’Onu et des résolutions et des décisions de l’Oua/Ua, fait partie intégrante de l’Union des Comores.

A cet égard, nous notons que cette occupation de l’île comorienne de Mayotte, contraire au droit international est encore obstacle à l’exercice de l’Union des Comores de sa souverainté sur Mayotte”. Les chefs d’Etat et de gouvernement affiliés à cette déclaration se sont engagés à “soutenir pleinement toutes les mesures pacifiques et légitimes déjà prises et qui seront prises par le gouvernement de l’Union des Comores pour exercer effectivement sa souveraineté sur Mayotte et, à cette fin, nous demandons la France de mettre fin rapidement à l’occupation illégale de l’île”.

Dans cette déclaration, les participants reconnaissent, entre autres, que la coopération sud-sud “constitue un objectif majeur” pour les deux régions, en particulier, en ce qui concerne le renforcement de la coopération et des échanges ; ainsi que le partage des échanges et des meilleures pratiques dans les domaines de l’éducation, de la santé, de la science et de la technologie, du commerce et de l’industrie, de la culture et du tourisme, de l’agriculture et du développement rural, de la création d’emploi, de l’intégration des jeunes et des femmes et, partant, la nécessité d’entreprendre des actions conjointes dans ces domaines.

Notons que le chef de l’Etat comorien, qui a pris part à ces travaux en compagnie de la Première dame, Mme Hadidja Aboubacar, a regagné Moroni le mardi et a été accueilli par une foule très nombreuse à l’aéroport de Hahaya.



Commentaires