Présidentielles comoriennes 2016 : le tour de Mayotte

jeudi 28 février 2013
popularité : 2%

JPEG - 25.3 ko

28 février 2013

Ce mois de février 2013 est marqué par la question des présidentielles de 2016 en Union des Comores ; les contraintes du principe de “la Tournante” imposent le tour de Mayotte. Le comité Maore, structure de la société civile qui célèbre de façon indépendante la journée du 12 novembre, date de l’admission des Comores aux Nations unies en tant qu’Etat composé de quatre Iles (Mayotte, Anjouan, Mohéli et Grande Comore), soutient fermement l’application de ce principe auquel adhère entièrement la Fédération du FD de Maore.

Un Maorais à la tête de l’Union des Comores est un symbole fort de l’Unité du pays et du respect de l’application des principes de l’Etat de droit ; on ne peut pas marcher sur un acquis lourdement conquis et qui a eu le mérite de ramener la paix civile et politique, en partie du moins. Un Maorais à la tête de l’Union des Comores demeure un moment fort de la lutte contre le séparatisme qui a, ces vingt dernières années, désagrégé les institutions de l’Etat comorien et semé au sein du peuple haine, vexations, xénophobie, brimades, toute une idéologie anti-peuple, anti-progrès, anti-démocratie ; des années noires qui ont profité à des opportunistes de tout bord pour vendre ce qui restait encore de la dignité comorienne au plus offrant ; la Nation comorienne est à construire, l’Etat-mendiant doit s’effacer pour un Etat normal dans le concert des Etats du monde.

Un Maorais à la tête de l’Union des Comores est un évènement significatif de l’Unité du peuple comorien dans les limites de son territoire internationalement reconnu. La question impose le débat au sein de la population et de la communauté internationale, un débat qu’étouffent et fuient les autorités comoriennes et françaises ; un débat qui hérisse les suppôts de la France-Afrique au point de vouloir piétiner, les premiers, leurs propres lois car cela va à l’encontre de leurs intérêts et leurs ambitions.

Un Maorais à la tête de l’Union des Comores, c’est poser ouvertement la problématique du rôle permanent de Mayotte dans la déstabilisation sur tous les plans des institutions et de la société de l’Etat comorien et, de plus en plus, des Etats de la région, des structures communautaires régionales. C’est enfin reposer de façon concrète et pragmatique, selon les lois et valeurs internationales, la question de l’Unité inaliénable du peuple et de l’Etat comorien dans le cadre de ses frontières intangibles.

Car l’enjeu n’est pas un président maorais-lige mais un individu capable d’impulser un développement politique, économique et social, équilibré, harmonieux et complémentaire, dans la stabilité et pour le profit de la population ; un président pour qui la misère et ses causes sont ses véritables ennemis au même titre que le séparatisme ; un président qui saura hisser le pays et l’intégrer pleinement dans le concert des Nations.

Pour mémoire, en 1984, le FD avait entrepris une telle démarche avec la candidature de Youssouf Said Dzoudzou ; les ennemis du peuple comorien avaient alors réagi avec la violence françafricaine connue ; l’échec de la démarche leur a laissé le champ libre pour tout ce qui en a suivi. Pour le moment M. Hakime Ali Said, journaliste de Mayotte 1ère, s’est déclaré publiquement candidat à la candidature au sein de son “comité” impliqué à Madagascar, La Réunion, dans les quatre iles, et a fait état des démarches à entreprendre et de ses objectifs. D

’autres candidatures vont surement suivre et ce sera une bonne chose. L’Etat comorien doit se positionner clairement et publiquement ; les transactions secrètes baptisées négociations ont nui à l’Unité, ont institutionnalisé le séparatisme et ont fait les affaires de la France. Le débat public est de rigueur, l’enjeu central étant l’Unité du Pays.

Un Maorais président de l’Union des Comores est une bonne chose pour le pays et le peuple comorien. Maintenant, il faut l’arracher contre le gouvernement comorien et la France.

Front Démocratique des Comores Fédération ya Maore



Commentaires