Fiche de la conférence du 11 février 2014

jeudi 20 février 2014
popularité : 2%

Fiche de la conférence du 11 février 2014

Le titre de la conférence pose la question : « quels sont les buts, les méthodes et les manœuvres du colonialisme français ? » L’objectif est de mettre en évidence les méthodes et manoeuvres du colonialisme français, dans la continuité de la mise en place de la Françafrique (années ’60) et du déploiement de la guerre des statuts dans les DOM/TOM (des années ‘70).

1- La projection du film « Bob Denard, sultan blanc » a permis de mettre en évidence et de comprendre, en particulier : · Les relations entre le barbouze Bob Denard et le système de type Françafrique qui a œuvré derrière la scène.

· Les moments clé de la période des mercenaires aux Comores

o Bob Denard venu aux Comores en 1975 a dû quitter le pays pour cause « de dérives marxistes » du chef d’état Ali Soilihi (dixit Bob Denard).

o Il revient plus tard sur la demande de l’ancien président Ahmed Abdallah. Il renverse et tue le président Ali Solihi. Il règne alors en maître (« sultan blanc ») pendant une douzaine d’années sur cet archipel de 2.034 kilomètres carrés : comme conseiller présidentiel, responsable de la Garde Présidentielle (GP) et comme responsable de la sécurité (« ses » mercenaires font la loi, emprisonnent et tuent les résistants comoriens).

o Il est impliqué dans le meurtre du président Abdallah en novembre 1989. Meurtre pour lequel, lors de son procès en France, il est défendu par des agents des services secrets français qui lui ont reconnu son rôle de « corsaire de la République ». Il est alors acquitté !

2-Intervenants :

Les manques de cette séquence historique des Comores sous néocolonialisme français ont été complétés par les intervenants : les nombreux meurtres commis par les mercenaires aux Comores passés sous silence ; les relations entre les mercenaires et le régime de l’apartheid sud-africain - financeur, par exemple, de la GP comorienne ; l’utilisation des Comores comme plaque tournante des trafics d’armes par ces mercenaires interposés. Des faits évoqués dans le film ont été contestés par les intervenants : Ali Soilhi serait mort en « laissant un pays exsangue », alors qu’il est avéré que les 4 années du régime révolutionnaire a permis un redressement économique remarquable grâce à un mode de développement comparable à celui du régime de Thomas Sankara !

3 - Les échanges entre les participants ont permis de faire une rétrospective des cibles visées par le néocolonialisme dans les outre-mer : · Elimination des leaders indépendantistes, choix et mise en place de leaders aux ordres afin de servir de relais de la politique néocoloniale ; mise en place de "conseillers spéciaux" auprès des leaders à la solde - cas extrême des barbouzes aux Comores !

· Elimination des mouvements indépendantistes : aux Comores, emprisonnements massifs des anti-barbouzes pendant le règne de Bob Denard ! Au Cameroun, élimination des leaders de l’Union des Populations le Cameroun (UPC) ;

· Procédés de séparation appliqués à Mayotte séparée illégalement de ses îles sœurs (Mayotte programmée à être occupée, est « devenue » département français en 2011) !

· Attaques multiformes contre tous les soutiens aux indépendantistes, en France et dans les autres pays ! Sans oublier les offensives diplomatiques pour isoler le pays des soutiens internationaux au niveau des NU ...

· Déplacements de population dans les outre- mer : un témoignage de la Réunion a fait état des souffrances engendrées par le déplacement des Réunionnais vers la « métropole » comme main d’œuvre (pendant l’ère du BUMIDOM créé en 1963) ; déplacements à rapprocher à celui des jeunes Maorais (habitants de Mayotte) , qui s’est traduit par des « sorties nettes » des jeunes Maorais (selon les études des flux migratoires de l’INSEE).

· Enfin, le procédé « symétrique » qui est la colonie de peuplement appliquée en Nouvelle – Calédonie comme moyen de contrer les indépendantistes !

4 - Des questions sont posées sur la capacité de résistance des Peuples encore sous le joug du colonialisme français. C’est justement l’objet d’études de la prochaine conférence.

La conférence du 18 février aura pour objectif d’analyser les luttes de libération d’hier et d’aujourd’hui, dans les différentes zones géographiques. La qualité de ces conférences dépend de la participation des militants anticoloniaux, merci de prendre part et de faire connaître. La coordination du cycle des conférences anticoloniales de février 2014 (Centre de la Dionyversité) Rappels de l’adresse : DIONYVERSITE 4 place Paul Langevin – Saint Denis M° St Denis Basilique (sortie rue du Conquet, longer le supermarché Carrefour, traverser les rails du tramway, prendre l’avenue Jean Moulin puis 1ère à gauche rue pierre Woog, c’est au bout à droite de la place au milieu des immeubles.



Commentaires