Non à l’impunité en Haïti

vendredi 7 novembre 2014
popularité : 2%

Soirée contre l’impunité à l’initiatives des associations : Cedetim, Collectif Haïti, Fondation Frantz Fanon, France Amérique Latine, Monique Calixte, Sortir du Colonialisme & les Mardis du Petit Lectorat

invité-e-s : Louis Joinet, juriste, expert indépendant auprès du Comité des droits de l’homme de l’ONU et fondateur du Syndicat de la Magistrature et Danièle Magloire, sociologue, militante féministe, coordinatrice du Collectif contre l’Impunité

CONTRE L’IMPUNITE

Histoire et mémoire du Duvaliérisme ont récemment pris, à la mort de l’ancien dictateur, un tour nouveau. L’histoire tout d’abord car celle-ci reste encore largement à écrire. Histoire tout d’abord puisque les entraves à la justice n’ont cessé depuis le retour de l’ancien dictateur en 2011, et parce que la ruine et la corruption du pays sont en grande partie imputables à la dictature du père puis à celle du fils. Mémoire ensuite en raison de l’invraisemblable montée en puissance des néoduvaliéristes, jusqu’à la tête de l’État comme en témoignent aujourd’hui les funérailles nationales voulues par le gouvernement Martelly. La nostalgie des années de dictature en Haïti n’a en effet cessé de progresser à la faveur d’une partie des classes dominantes en Haïti, et en raison de l’ignorance d’une partie de la jeunesse haïtienne qui n’a pas connu les années Duvalier. Néanmoins de nombreuses initiatives se sont développées pour faire éclater la vérité aussi bien quant au rôle des gouvernements haïtiens successifs dans la réhabilitation de Duvalier, que quant à la perpétuation de certaines des pratiques propres à la dictature (corruption, privation des libertés, arrestations arbitraires, assassinats, abandon des droits à l’éducation, arrêt du développement économique...). C’est dans cet élan que s’inscrit la soirée du 13, qui devra ainsi être l’occasion de débattre aussi bien du rôle de la France que de celui de l’impunité en Haïti, et plus largement de l’émergence d’une solidarité internationale large dans la mesure où l’édification de régimes politiques démocratiques ne peut s’affranchir de bases saines.

Le film d’Arnold Antonin Haïti, le règne de l’impunité sera projeté en ouverture de la soirée : Résumé : Pendant les 29 ans du règne des Duvalier, des crimes de masse ont été commis contre des gens de toutes catégories sociales, appartenances politiques ou religieuses et de toute nuance épidermique. Au moment où Jean-Claude Duvalier est appelé devant les tribunaux, la justice va-t-elle trancher en faveur des victimes ? Plus d’une cinquantaine de témoins à charge et à décharge en discutent dans un percutant face-à-face.



Documents joints

PDF - 169.7 ko
PDF - 169.7 ko

Commentaires