DECLARATION FINALE A L’ISSUE DU COLONIAL TOUR (4 février 2015)

dimanche 8 février 2015
popularité : 2%

Le 4 février, Sortir du Colonialisme et le CRAN (Conseil représentatif des Associations Noires de France) ont organisé pour la presse, en ouverture de la Semaine anticoloniale et antiraciste, un « colonial tour » sur le thème « Paris, capitale des crimes coloniaux ».

Le Colonial Tour s’est arrêté sur les lieux emblématiques de crimes politiques commis à Paris. Il a été rappelé à cette occasion par leurs avocats, par des proches, par des personnalités et des militants la personnalité, l’engagement et les conditions dans lesquelles ils furent assassinés :
- en 1959 Amokrane Ould Aoudia, avocat du collectif de défense des militants du FLN, abattu d’une balle en plein cœur au sortir de son cabinet sans que les tueurs soient interpellés ;
- en 1965, Mehdi Ben Barka, fondateur de l’Union nationale des forces populaires (UNFP) et président de la commission préparatoire de la Tricontinentale, enlevé devant la brasserie Lipp, dont le corps n’a jamais été retrouvé ;
- en 1972, Mahmoud Al Hamchari, représentant de l’OLP en France, tué par un système explosif placé dans sa chambre à coucher, ce qui nécessite des moyens et des complicités particulières pour s’introduire dans son appartement ;
- en 1973, Mohammed Boudia, militant du FLN algérien, puis du FPLP palestinien, le théâtre est sa vie. Bien que se sachant menacé pour ses activités au côté des Palestiniens, il reste fidèle à son engagement ; un matin, il est tué dans l’explosion de sa voiture ;
- en 1978, Henri Curiel, opposant au régime du roi Farouk, expulsé d’Égypte pour son action politique puis militant internationaliste, qu’il s’agisse de l’Algérie, de la Palestine, de l’Afrique du Sud ; il est abattu à son tour, au bas de son immeuble ;
- en 1988, Dulcie September, représentante de l’ANC sud-africaine en France et qui, en particulier, dénonce inlassablement le non-respect du blocus du régime d’apartheid en ce qui concerne les livraisons d’armes à l’Afrique du Sud ; elle aussi est assassinée, devant la porte de son bureau ;
- en 2012, Nadarajah Mathinthiran, responsable en France des Tigres de libération de l’Eelam tamoul ; comme quelques années auparavant deux autres militants tamouls, Kandiah Perinpanathan et Kandiah Kesenthiran, il est tué par balle en pleine rue, au sortir du local du Comité de coordination tamoul en France ;
- en 2013, Sakine Canzis, Fidan Dogan et Leyla Soylemez, respectivement fondatrice du Parti des Travailleurs du Kurdistan, représentante en France du Congrès National du Kurdistan et militante kurde, sont à leur tour exécutées.

Émotion et impunité

Terrible énumération. On ne pouvait, certes, imaginer, quand il a été décidé d’organiser ce Colonial Tour, les événements récents qui se sont déroulés, eux aussi, dans Paris, ni la réaction massive, spontanée et citoyenne, suscitée par ces assassinats politiques. Force est de constater, si l’on excepte le cas de Mehdi Ben Barka, le contraste évident entre les crimes de janvier 2015 et ceux que nous venons de rappeler qui, eux, n’ont fait l’objet que d’une brève couverture médiatique et n’ont guère soulevé d’émotion dans l’opinion publique.

Mais au-delà de la nécessité de faire ressurgir cette mémoire enfouie, au-delà du silence de l’opinion qui recouvre ces crimes, un autre constat s’impose, celui de l’impunité des assassins : jamais justice n’a été rendue. Malgré les efforts et l’obstination des avocats et des parties civiles, il n’y a eu ni procès, ni condamnation, et cela non seulement pour les assassinats qui viennent d’être rappelés ni pour une quarantaine de crimes coloniaux ou crimes d’État commis en France depuis les années 1950. Le cours judiciaire est celui des non-lieux ou des affaires classées, on peut donc parler d’une quasi-impunité du crime politique en France.

C’est pourquoi Sortir du colonialisme souhaite poser concrètement la question de l’impunité qui caractérise les assassinats politiques commis en France et interpelle Madame la Garde des Sceaux pour qu’elle se prononce sur l’imprescriptibilité de crimes politiques dont les commanditaires sont connus. Des États étrangers sont impliqués, des commanditaires sont identifiables, certains ont même reconnu l’acte commis, pour certains assassinats il y a implication ou risque d’implication directe, active ou passive de l’État français.



Commentaires