Lettre ouverte à Hubert FALCO, Eric BESSON, Nicolas SARKOZY

Henri POUILLOT Ancien combattant, Témoin de la Guerre d’Algérie, militant antiraciste, anticolonialiste
mardi 22 décembre 2009
par  F. Sarkis
popularité : 3%

Lettre ouverte à Hubert FALCO, Eric BESSON, Nicolas SARKOZY

J’ai peur d’avoir honte d’être français !

Depuis 2002, avec la montée de l’extrême droite en France, on assiste à la recomposition de la droite "classique" avec la transformation du RPR en UMP, permettant d’intégrer progressivement, en cherchant à les banaliser, les idées coloniales, la xénophobie, le racisme rampant afin de siphonner l’électorat frontiste. C’est d’abord la loi de février 2005, qui n’est pas un accident de parcours, mais une volonté de marquer dans le marbre, par une loi, la réhabilitation du colonialisme. Même si un alinéa de l’article 4 a été retiré, son fondement, son expression respire cette doctrine. Depuis 2002, ce sont par dizaines que l’on voit "fleurir" des stèles exprimant une nostalgie de l’Algérie Française, et pire, une réhabilitation de l’OAS. Très majoritairement dans des villes dirigées par l’UMP, avec l’aide de leurs maires, ces monuments tentent de réécrire l’Histoire. Que ce soit à Béziers ou Perpignan (comme exemples) comment admettre que quatre assassins (parmi les principaux) de cette organisation, ceux qui ont été condamnés à mort et fusillés (dont l’un a participé et organisé deux attentats contre le Président de la République d’alors), soient "honorés". Est-ce la base de l’identité nationale ?

Le discours de Monsieur Hubert FALCO, Secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens Combattants, prononcé à Paris le 5 Décembre 2009, quai Branly à Paris devant le Mémorial aux victimes de la Guerre d’Algérie est une profonde insulte aux valeurs républicaines de la France, aux victimes de cette Guerre d’Algérie considérés "Morts pour la France". Actuellement sur ce mémorial figurent principalement les noms de militaires, en particulier ces jeunes du contingent morts pendant cette guerre coloniale, mais aussi les policiers, fonctionnaires,… morts dans l’exercice de leur fonctions. Il serait inconcevable, une honte, que les victimes de la Rue d’Isly du 26 mars 1962 puissent figurer également sur ce mémorial, ce serait un révisionnisme de l’histoire de notre pays inadmissible, aussi incongru que les propos de Jean-Marie Le PEN relatifs aux "détails" des fours crématoires pendant la seconde Guerre mondiale. En effet, ce jour là, c’est l’OAS qui a organisé cette manifestation pour s’opposer, une semaine après la signature des accords d’Evian, à ce que la paix s’installe, pour contester l’indépendance enfin acceptée de l’Algérie. Ce sont les responsables OAS, qui, du haut des toits, ont tiré sur les militaires français, provoquant ainsi une riposte inévitable. Alors, que le même mémorial commémore le souvenir de soldats tués pendant cette guerre (et tout particulièrement ceux exécutés à cette occasion) et de leurs assassins serait une hérésie. Cela correspondrait à une condamnation des militaires français. Rendre un "honneur", de la même façon à des victimes et à leurs assassins, ce serait un odieux amalgame, inconcevable, révoltant. J’étais à Alger, en 1961/62, effectuant mon service militaire comme appelé, l’OAS m’a miraculeusement raté à deux reprises. Ce sont donc peut-être ceux qui ont participé à ces deux attentats dont je suis sorti indemne qui pourraient maintenant avoir leur nom figurant avec des "honneurs" !!! Peut-on oublier, quand on fut témoin de ces actes terroristes aveugles que l’OAS a tenté de renverser la République Française et est responsable de la mort de près de 3.000 personnes (civils, militaires, fonctionnaires, policiers,…) et de dizaine de milliers de blessés. Quatre parmi les principaux assassins de l’OAS ont été condamnés à mort et fusillés : l’un d’eux a organisé deux attentats contre le Président de la République d’alors. Considérer que les valeurs autrefois défendues par cette organisation raciste, xénophobe… voulant à tout prix maintenir l’Algérie dans un statut colonial doivent être encore celles de la France d’aujourd’hui ? Quels critères de l’identité nationale !

Comment se fait-il que Elie ABOUD, député UMP, maire adjoint de Béziers s’oppose à ce que des drapeaux étrangers apparaissent dans les mairies (en proposant que la loi de février 2005 soit simplement légèrement adaptée), quand, dans sa ville, il participe aux "honneurs" organisés par ces nostalgiques de l’OAS qui viennent incliner des drapeaux tricolores sur cette stèle de la honte arborant les photos des Bastien-Thiry, Deguelgre, Piegts et Dovecar, qu’ils considérent comme "Morts pour la France" ? Est-ce sa conception de l’identité nationale ?

Quand Monsieur le ministre Hubert FALCO déclare ce 5 décembre : "Le président de la République l’a dit avant moi : oui le système colonial était injuste par nature. Mais nous n’oublions pas tous ces Français d’Algérie qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes : ils ont soigné, ils ont éduqué, ils ont cultivé la terre, ils ont construit et modelé l’Algérie contemporaine… C’étaient des braves gens !..." Monsieur le Ministre auriez vous oublié ? :

- que ces terres avaient été volées à ceux qui les cultivaient avant l’arrivée de ces colons,

- qu’en Algérie, après 130 années d’occupation, ce n’était qu’à peine 15% de la population "indigène" qui était scolarisée (et souvent seulement à temps partiel). Les filles étaient très rarement admises.

- qu’en 1945, ce sont près de 40.000 algériens qui ont été massacrés à Sétif, Guelma, Khératta… des dizaines de milliers de malgaches en 1947, des milliers d’africains…

- que les enfumades, tortures… ont été pratiquées bien avant les guerres coloniales d’Indochine ou d’Algérie…

- que les crimes contre l’humanité, les crimes d’Etat commis au nom de notre pays dans ses colonies au cours des guerres coloniales (tortures, viols, villages rasés au napalm, crevettes Bigeard, corvées de bois, exécutions sommaires…) n’ont toujours pas été reconnus, ni condamnés par la France…

- que le colonialisme doit être condamné comme un crime contre l’humanité au même titre que l’esclavagisme ou les génocides

Est-ce au nom de l’identité nationale que ce sombre passé doit être falsifié en une vision révisionniste de l’Histoire ?

Je n’ose pas revendiquer mes origines gauloises (mon arbre généalogique justifie mes origines solognotes à plus de 3 siècles), je ne pense pas être plus Français que ceux de l’Affiche Rouge du Groupe Manouchian, ou des tirailleurs sénégalais, marocains ou Algériens… qui se sont battus pour l’idée qu’ils se faisaient de la France où ils voulaient vivre, battus à en perdre la vie.

Oui, j’étais fier d’être Français pour l’idéal que la France représentait : le berceau du Pays des Droits de l’Homme.

Aujourd’hui, quand je constate la remise en cause de nombreuses de ces valeurs :

- Considérer que les étrangers sont des sous citoyens (comme au temps des colonies ou de l’esclavage), qu’ils soient obligés, pour beaucoup, de vivre en clandestins, de travailler sans droits,…

o Quand les usines, les capitaux peuvent circuler d’un pays à l’autre sans réelles contraintes,

o Quand les mesures pour "régler" l’immigration ne créent que des esclaves modernes puisqu’il faudrait, à condition qu’il n’y ait pas de nouveaux arrivants une bonne vingtaine d’années pour "chasser" les sans papiers vivant de ce fait dans des conditions indignes de la France

o Quand on veut faire croire que les "étrangers" sont des dangers, quasiment des délinquants potentiels…

o Quand on spécifie une catégorie de la population de "issue de l’immigration", mais que ce "label" ne concerne que ceux qui ont des ascendants originaires des ex-colonies françaises, les autres français issus de l’immigration (hongrois, italiens…) sont eux, français à part entière, dès qu’ils sont français, et ne restent pas dans ce statut de "Français de seconde zone", des sous citoyens, comme ceux dont la couleur de peau ou le prénom, le nom trahissent des origines "coloniales"

- Considérer que des militants apportant assistance à des personnes dans le besoin (sans papiers en particulier) deviennent des délinquants coupables du délit de solidarité

- Réhabiliter le colonialisme et ses valeurs, et en particulier l’une de ses composantes qui a la responsabilité de tant de crimes : l’OAS.

- Avoir une conception à géométrie variable sur les valeurs des symboles de la République :

o Comment contester la valeur du symbole du drapeau quand il est galvaudé, en étant utilisé pour des cérémonies honteuses

o Comment faire admettre à des jeunes que les symboles de notre République doivent être respectés quand les représentants de la Nation, des pouvoirs publics : maires, députés, ministres, préfets… autorisent des manifestations devant ces stèles de la honte (vénérant l’OAS) qui devraient purement et simplement être interdites.

o Comment accepter, comme à Versailles le 4 juillet dernier, que la police ait encerclé, avec grenades lacrymogènes et matraques, les enfants de ceux qui manifestaient contre cet "hommage" rendu à l’assassin de leur père, grand-père [cet ancien lieutenant déserteur de la Légion Etrangère(Roger Degueldre) ancien chef des commandos Delta de l’OAS] pour leur interdire de "troubler" cette odieuse manifestation, pour la protéger !!!

- Le "débat" officiel sur ce qui est appelé "identité nationale" semble bien vouloir déterminer quels seraient les "bons" français, et ceux qui ne mériteraient pas la qualification de citoyens à part entière. Ce sont des critères employés dans ma petite enfance, dans la période du Gouvernement de Vichy qui ont conduit à des pratiques d’exterminations que j’avais espéré révolues à jamais.

J’ai donc très peur d’avoir bientôt honte d’être français si ce sont ces valeurs là qui doivent être défendues pour une identité nationale de la France.


L’adresse originale de cet article est http://www.anticolonial.net/sortir/...



Commentaires

Logo de camiczbulsand1981
lundi 3 juin 2013 à 22h31 - par  camiczbulsand1981

The lungs could also be more prone to infection. They do the job on putting the deodorizer where by the odor are unable to escape.
go here

lundi 3 janvier 2011 à 15h25

I yalso same yto yfeature your letter and effect byn entertained to gamyng that organisatyon feature this yoo !
tramadol online tramadol order online cod tramadol