Propos Besson sur la reconnaissance des crimes coloniaux de la France

communiqué du collectif de la semaine anticoloniale
vendredi 12 février 2010
par  Dou
popularité : 3%

Reconnaissance des crimes coloniaux de la France

En réaction à la proposition de loi de 125 députés de l’assemblée nationale algérienne visant à poursuivre les Français qui ont commis des crimes en Algérie Eric Besson prétend que nombre d’entre eux « ont été traités ». Or, tout le monde sait que c’est une contre-vérité historique et que le parlement a voté une loi d’amnistie en 1968.

Près de 50ans après la fin de la guerre d’Algérie, le trou de mémoire « colonial » et le déni de réalité est encore là. Depuis le début du XIXème siècle, le « mythe de la colonisation positive » a permis à des générations de politiciens, se disant par ailleurs défenseurs des « droits de l’Homme », de justifier au nom de « la grandeur de la France » la colonisation, le pillage et l’exploitations d’autres peuples. Aujourd’hui encore, la majeure partie de la droite française se reconnaît encore dans ce « mythe de la colonisation positive » comme le montre le déni de mémoire et le vote le 23 février de la loi sur « l’apport positif » de la colonisation. Mieux, Nicolas Sarkozy a consciemment joué sur ce « refoulé colonial » pendant la campagne présidentielle (Discours de Toulon puis Dakar) pour doubler le Front National. Le « ministère de l’immigration et de l’identité nationale », véritable ministère de la « propagande coloniale » est la pièce maitresse de cette stratégie identitaire et de réhabilitation du mythe coloniale permettant de détourner l’attention des difficultés sociales et de continuer ailleurs les politiques néocoloniales.

Pour notre part , le débat sur cette proposition ne nous choque pas . La reconnaissance des crimes du colonialisme français et de la complicité de l’Etat dans de nombreuses affaires depuis 1962 (assassinats de Medhi Ben Barka, Sylvanus Olympio, Ernest Ouandié, Outel Bono, Thomas Sankara) doit être une exigence non seulement des élus algériens mais aussi des députés et des sénateurs français.

Dans le cadre de la semaine anticoloniale, nous sommes plus de 70 organisations à appeler à manifester le 27 février pour la suppression du ministère de l’identité nationale à 15h place de la bourse à Paris et à 12h partout dans les régions et départements devant les préfectures.

Dans cet appel, nous affirmions qu’en « créant un « Ministère de l’immigration et de l’identité nationale », puis en organisant avec le ministre Besson un « Grand débat » sur l’identité nationale qui mobilise les moyens de l’Etat, Nicolas Sarkozy encourage et organise le racisme et la stigmatisation d’une partie de la population ».

Aussi, le samedi 20 février est organisé une rencontre débat « identité nationale, identité coloniale ? » (à la salle Jean Dame 17 rue Léopold Bellan 75002 Paris ) avec Eva Joly, Eric Fassin, Esther Benbassa, Gilles Manceron, Oliver Lecour Grandmaison, Vincent Geisser, Louis-Georges Tin…

Pour le collectif de la semaine anticoloniale Farid Sarkis 0660676796, contact@anticolonial.net Site et programme de la semaine anticoloniale : www.anticolonial.net



Commentaires