Peuples Autochtones en danger en Colombie

samedi 13 mars 2010
par  Kamel
popularité : 5%

Conférence de Presse mardi 16 mars 11h30 au Siège de la FIDH 17 passage de la Main d´or 75011 – Paris

Organisée par : FIDH, Fédération Internationale des Droits de l´Homme, le Kolektivox, le CELAP, Centre d´études latino-américaines de Paris, FAL, France-Amérique latine, CSIA-Nitassinan, Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques et la CPCP, la Coordination Populaire de Colombie à Paris.

Le 30 janvier dernier la Communauté Embera du Alto Guayabal s´est fait bombardée par l´armée régulière colombienne. Cette dernière a prétendu avoir commis une "erreur militaire" qu´elle a tout de suite légitimée par la supposée présence des guérillas sur ce territoire. Implication de la MINING CORPORATION dans le Bombardement Cependant, plusieurs organisations amérindiennes colombiennes, ont conjointement démontré que ce bombardement n´était qu´une conséquence des projets d´implantation de l´entreprise nord-américaine MURIEL MINING CORPORATION afin de faciliter la réalisation du projet d’extraction minière « Bartolito de Mande » sur les territoires sacrés, entre les départements d´Antioquia et du Chocó, du Peuple Embera, sans que ce dernier en soit avisé[1]. La transnationale nie sa participation directes dans les violations des droits fondamentaux de ces communautés, violations se traduisant par des déplacements forcés, des hostilités subies, des bombardements, des assassinats, des cooptations de leaders Amérindiens, la désarticulation culturelle et sociale des populations.

Depuis l´apparition de l´entreprise dans la zone, les communautés du Peuple Embera se sont opposées au processus d´exploration de son territoire pour l´exploitation minières de différents minerais que veut exploiter l´entreprise nord-américaine, spécialement l´or, le cuivre, Pirita (FeS2), Calcopirita (CuFeS2) ; Bornita (Cu5FeS4), Molibdenita (MoS2) et Malaquita (Cu2(OH)2CO3).

Extermination des Peuples sous l´imminente nécessité de mesure « Anti-terroriste » Otages d’un conflit dans lequel elles refusent de prendre position, victimes des déplacements forcés, de pillages et de vols, les communautés Autochtones vivent, aujourd´hui sous la menace constante de voir leurs Peuples disparaître. Sur les 102 Peuples originaires de Colombie, 62 présentent de graves risques d´extinction. Le gouvernement colombien, en prétextant la nécessité de mesures « anti-terroristes », ne cesse de commettre de graves hostilités envers ses citoyens Amérindiens. Ces derniers sont souvent contraints à abandonner leurs territoires au profit des investissements étrangers[2]. Tout au long de ses audiences, le Tribunal Permanent des Peuples a dénoncé l´appui que le gouvernement nationale garantissait à l´implantation physique des entreprises étrangères en territoire amérindien et la corrélation entre cette implantation et l´extinction des Peuples amérindiens[3]. Implication de l´IIRSA Il est à noter que depuis le début des années 2 000 les gouvernements sud-américains, en partenariat avec des investisseurs étrangers travaillent à la concrétisation des mégaprojets de l´IIRSA. L’IIRSA, Intégration d’Infrastructure Régionale d’Amérique du Sud, propose un ensemble de mégaprojets visant à relier les points stratégiques du continent en développant les infrastructures nécessaires aux transports, par exemple la construction de nouvelles routes ou le renforcement des trafics maritimes et aériens par la construction ou la rénovation de ports et aéroports[4]. La base légale de ces constructions est assurée par des accords passés entre les gouvernements des pays en question et les entreprises privées qui feront les travaux. Il apparaît que les infrastructures construites dans le cadre des mégaprojets de l’IIRSA viseraient à relier les différents gisements de ressources naturelles, que ce soit le pétrole, le gaz, l’eau, l’or , etc., et ne présenterait aucune forme d’adaptation aux modes de vie des populations locales. Le manque d’information disponible sur la réalisation des mégaprojets de ce processus d’intégration (la page internet de l’IIRSA ne développe aucun des mégaprojets qui sont en cours) génère diverses inquiétudes à son égard. Les projets d’infrastructure à l’œuvre dans l’Amazonie annoncent une déforestation accrue. Il n´est pas certain que l’écosystème de la planète supporte une accélération de la déforestation de l’Amazonie. De plus, celle-ci a des effets catastrophiques pour la survive des peuples amérindiens dans la mesure où leur mode de vie et leurs formes d’organisations économiques dépendent de la forêt. La déforestation engendre des déplacements de ces populations, souvent vers les villes, ce qui contribue à l’extinction de leur culture et grossit les bidonvilles. Garanties juridiques nationales et internationales Le droit de « Consultation préalable », garanti par la Convention 169 de l’OIT et retranscrit dans la législation nationale, stipule que les projets industriels prévus sur les territoires ancestraux ne peuvent se réaliser que s´ils sont assortis du consentement de la population autochtone vivant sur les dits territoires, est sans cesse bafoué. Bien souvent les communautés n´ont pas été informées des projets d´implantation d´une entreprise qui, de surcroît, s´accompagne de graves violations des droits fondamentaux des personnes et des Peuples. En juin 2009, la Cour Constitutionnelle Colombienne, soucieuse de la survie de ces Peuples, a adopté un mécanisme de garantie contraignant l´Etat colombien à protéger et respecter ses citoyens Amérindien : l´Auto 004. Ce texte désigne explicitement les principaux auteurs et motifs de cette extermination et met en cause les effets de l´implantation des entreprises transnationales et multinationales sur les territoires des communautés amérindiennes[5]. Campagne Internationale de la ONIC pour la Survie des Peuples Autochtone menacée d´extinction en Colombie Pour faire respecter les droits fondamentaux des personnes et des peuples Amérindiens et faire entendre leur voix, l’ONIC lance une campagne internationale pour la Survie des Peuples Autochtones en risque d´extinction en Colombie. A travers cette campagne l’ONIC veut atteindre les objectifs suivants : - Sensibiliser la communauté internationale sur les risques de disparitions des Peuples Amérindiens ; - Influencer les Etats nationaux et les Organisations Intergouvernementales à développer des politiques de protections et réparations en accord avec la cosmovision de ces Peuples ;
- Dénoncer, au niveau international, les impactes négatifs que génère le modèle actuel de développement économique sur la survie de ces Peuples, essayer d´engendrer une responsabilisation des grandes entreprises par le biais de tribunaux populaires ou formels ;
- Avancer dans la recherche de solutions de conflit. Dans le cadre de cette campagne, initiée le 8 mars dernier à Barcelone, trois délégués de l’ONIC sont actuellement en Europe afin de rencontrer les acteurs politiques et ceux de la coopération internationale. Cette campagne sera lancée à Londres, Madrid, Genève, Oslo, Bruxelles et Paris. Afin de relayer cette campagne, dans les médias français, la FIDH, le Kolektivox, le CELAP, FAL, CSIA-Nitassinan et la CPCP vous invite à une conférence de presse avec Juvenal ARRIETA, délégué de l’ONIC spécialisé sur les thèmes de diplomatie et résolution de conflit, Gérard FENOY, du bureau national de France-Amérique latine, le mardi 16 mars à 11h30 au siège de la FIDH, 17 passage de la Main d´Or 75011 Paris, métro : Bastille ou Ledru Rollin.


[1] Voire la dénonciation Publique de l´ONIC et un court reportage réalisé par les organisations citées sur le bombardement : http://www.youtube.com/watch?v=IMw3.... [2] Tribunal Permanente de los Pueblos, Sesión Colombia, Audiencia sobre genocidio indígena, 18-19 juillet 2008. [3] Tribunal Permanente de los Pueblos, Sesión final, Empresas trasnacionales y derechos de los Pueblos en Colombia, 21-23 juillet 2008. [4] Voire site officielle de l´IIRSA : http://www.iirsa.org/ProyectosPais..... [5] Le texte de l´Auto 004 est disponible en format pdf sur le site suivant : http://www.aicocolombia.org/normati...



Commentaires

Logo de rithamoore
mardi 4 janvier 2011 à 08h23 - par  rithamoore

I amy gallinyg to feature yhatever morye posts yet you formaytion contribute your website to transyer precis e inmyy Opera Browser.
order tramadol tramadol brand name buy tramadol online