Invitation à la réunion du 20 mai.

jeudi 13 mai 2010
par  Kamel
popularité : 3%

2010 est l’année du cinquantenaire des indépendances des anciennes colonies africaines de la France ; indépendances qui pour de nombreux pays restent encore bien plus formelles que réelles. Sarkozy cherche à récupérer ces célébrations pour détourner l’attention de sa politique africaine, qui ne marque aucune rupture, manifestement, avec la Françafrique : criminalisation des migrants en Europe, pillage des ressources naturelles des pays africains au profit des groupes français, poursuite de la présence et des interventions de l’armée française en Afrique, soutien appuyé à des dictateurs qui se maintiennent par des scrutins truqués et dans la violence... Dans le même temps, le gouvernement français assume, en France, le retour de l’idéologie coloniale et ses fondeme ! nts racistes : du discours de Dakar sur "un homme afr ! icain" qui ne serait pas assez rentré dans l’Histoire aux tentatives récentes de faire censurer le film "Hors la loi" sur le massacre de Sétif, en passant par la loi du 23 février 2005 qui visait à mettre en avant les aspects soi-disant positifs de la colonisation.

Les chefs d’Etat des anciennes colonies africaines sont conviés le 13 juillet à Paris pour un sommet "familial", selon les propres mots de Jacques Toubon, chargé des célébrations du cinquantenaire, la veille du défilé des armées africaines le 14 juillet pour célébrer leur participation à la libération de la France. La présence de ces chefs d’Etats et de leurs troupes est insupportable : ils symbolisent l’oppression violente de leurs propres populations et sont pour beaucoup illégitimes. Ainsi, les Champs Elysées accueilleront les Cobras de Sassou (Congo B), mais aussi l’armée togolaise, entre autres armées criminelles...

A Nice le 31 mai la protestation de nombreuses associations fera entendre d’autres voix, qui exigent d’autres relations entre la France et les pays d’Afrique. Nous aussi nous souhaitons nous mobiliser le 13 juillet pour refuser la collusion entre le gouvernement français et ceux de certains pays africains, perpétuant le colonialisme à leur seul profit, au détriment des populations africaines et françaises.

Nous avons émis l’idée de faire un point de rassemblement autour de République en fin d’après midi le 13 juillet, puis de faire une manifestation jusqu’au 18 ème arrondissement, puis un grand Bal anticolonial devant l’église Saint Bernard, bien sûr tout reste encore à construire et d’autres idées seraient bienvenues. Pour en discuter nous proposons de nous retrouver le jeudi 20 mai, à 19h à la bourse du travail à République, afin de commencer à préparer cette échéance.



Commentaires