La France prête à envisager une contrepartie pour maintenir sa présence militaire au Tchad

jeudi 12 août 2010
par  Kamel
popularité : 3%

Le président tchadien, Idriss Deby, estime que si la France souhaite garder un présence militaire française sur son sol avec l’opération "Epervier", elle devra payer en conséquence. "Nous nous acheminons vers une révision de l’accord de siège entre ’Epervier’ et le Tchad", a annoncé Idriss Deby, mercredi 11 août, estimant que la France doit offrir une contrepartie au gouvenement tchadien si elle "veut rester au Tchad et utiliser ses avions, entraîner ses hommes". Le Quai d’Orsay s’est dit "prêt à examiner" cette demande.

"Il y a un coût à payer et l’accord de siège permettra de clarifier ce que la France doit payer au Tchad", a expliqué M. Deby pour justifier sa demande. L’opération ’Epervier’ a été déclenchée en 1986 après le franchissement du 16e parallèle par les forces armées libyennes qui soutenaient le leader Goukouni Oueddei. Les militaires français n’ont depuis plus quitté le pays, gardant notamment une base sur l’aéroport de N’Djamena et une autre sur l’aéroport d’Abéché. "Cela fait vingt ans qu’’Epervier’ existe et il ne joue plus son rôle, à part quelques soins donnés aux malades et un appui logistique en cas d’agression quelque part", a-t-il commenté.

Depuis cette date, aucun accord de défense n’a été signé entre les deux pays et "la France ne paye rien au Tchad à part quelques marchandises qui entrent sous douanes", a rappelé le président tchadien. "Si la France dit qu’elle n’a pas de moyens pour payer et qu’elle veut partir, a-t-il continué, nous garderons les meilleures relations possible, mais nous n’empêcherons pas ’Epervier’ de partir".

Cette remise en cause survient alors que le président tchadien a obtenu le départ du Tchad de la Mission des Nations unies en République centrafricaine et au Tchad (Minurcat) d’ici la fin de l’année. La France, qui renégocie ses accords de défense avec ses partenaires africains, a accepté de fermer ses bases militaires françaises au Sénégal. Le ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner, a en revanche souligné que Paris voulait "renforcer ses défenses" au Sahel après la mort de l’otage Michel Germaneau, qui était aux mains de ravisseurs islamistes.



Commentaires

Logo de himdolopmea1989
mercredi 21 août 2013 à 18h53 - par  himdolopmea1989

Considering match descent hire fundament stand aghast at badly stressful, in general though you are close by well-organized decrease heavens annulus in begin. Supposing you conscript around do in weight, you’ve derive hindrance fitting article. At once http://hostingelite.pl

Logo de denciatwicad1971
lundi 17 juin 2013 à 16h42 - par  denciatwicad1971

There are various suppliers of spend-for every-click advertising and marketing. online marketing is a way to reach the precise prospects very easily in the getting cycle.
Web Systems