Dénonçons les abus colonialistes de la France sur Mayotte.

samedi 24 février 2007
popularité : 4%

Le ministre candidat Sarkozy est l’un des illustres nominés au concours du « colonialiste de l’année » dans la catégorie politique (site anticolonial :anticolonial.org). Dans la logique colonialiste, les coups sont portés plus durement dans les colonies, qui peuvent servir de laboratoire d’expérimentation aux méthodes expéditives d’un ministre de l’intérieur particulièrement zélé !

C’est ce que montre de manière éloquente le courrier que Frédérique Hannequin a adressé au journal Libération, ce jeudi 15 février (pour réagir :cliquez). D’après les chiffres rapportés par l’auteur du courrier : Nicolas Sarkozy a dépassé son objectif de 12000 expulsions en 2006, les autorités françaises effectuent à Mayotte en moyenne 50 expulsions … par jour ! Sur une population de 200 000 habitants ! Ce qui, rapporté à l’échelle de la France, représente « l’équivalent de 4 millions d’expulsions [en une année] » !!!

Une illustration de l’absurdité du colonialisme, et qui nous rappelle, s’il en était besoin, que l’anticolonialisme est bien un combat majeur et prioritaire. En tout cas, c’est la position de nombreuses organisations de la Diaspora Comorienne en France, dont le CAAC (Collectif des Associations et Amis des Comores) qui est présent, en France et à l’international, dans de nombreuses luttes citoyennes de ce début d’année 2007 : Forum Social Mondial de Naîrobi (20 au 25 janvier), évènements de la résistance franco - africaine « contre le sommet France Afrique de Cannes » (11 au 17 février), ceux de la semaine anticoloniale (17 au 25 février).

Pour nos associations, ces expulsions de Comoriens en terre comorienne de Mayotte sont illégales, criminelles. Car, en droit international, Mayotte est comorienne, depuis l’accession de l’ensemble des 4 îles des Comores à l’indépendance, telle que reconnue par les Nations Unies et toutes les institutions internationales (Union Africaine, Ligue Arabe, …).

C’est pourquoi, dans le cadre de la semaine anticoloniale, et avec le soutien de dizaines d’organisations humanistes et anticolonialistes, les Comoriens et tous leurs amis appellent à un rassemblement le samedi 24 février 2007 (14 H à 17 H) à la place Trocadéro à Paris. Pour commémorer les 4500 naufragés victimes du visa que la droite balladurienne a instauré sur Mayotte depuis 1995 (voir aussi l’excellent article de SURVIE : « alerte à Mayotte ») ; pour faire arrêter les expulsions illégales de Comoriens ; pour combattre la politique d’exclusion et haine de l’autre telle qu’organisée par le député UMP Mansour Kamaroudine et ses amis sur Mayotte.

Pour dire non à l’indicible, merci de signer la pétition ( site de pétition) qui dénonce l’occupation illégale de Mayotte par la France.

La coordination du CAAC

Contact : caac.comores@gmail.com

Site : http://www.sos-comores.org/



Commentaires

mardi 10 avril 2012 à 15h50

Great job here. I really enjoyed what you had to say. Keep going because you definitely bring a new voice to this subject. Not many people would say what you’ve said and still make it interestingأخبار السيارات

Logo de gausst
jeudi 24 avril 2008 à 22h10 - par  gausst

Bonjour, je suis un étudiant mahorais en fait j’ai 2 voir 3 questions à vous poser :
La France a t-elle trouvé l’archipel des Comores uni lorsqu’elle a pris pied à Mayotte d’abord, puis longtemps après dans les autres îles ?

En 1974, 94 % des Comoriens ont voté "oui" pour l’indépendance, donc 7% on voté "non" ; mais les 7% sont-ils disperser dans des village ? Où sont t-ils regropés ? Dans un île mais un île est comparable à une région que l’homme a dessiné ?
Peut on lui imposer (Mayotte) une volonté dont elle ne veut pas ? c’est quoi l’autodetermination ?