Mémoire coloniale et gestion des quartiers populaires en France

dimanche 18 février 2007
popularité : 4%

LA ZEP, Zone d’écologie populaire, vous invite à une projection-débat

LA ZEP, Zone d’écologie populaire, vous invite à une projection-débat

"mémoire coloniale et gestion des quartiers populaires en France"

Le dimanche 18 février de 17 à 20H à l’Olympic Café, 20 rue Léon, Paris-Barbès. www.anticolonial.orgwww.zonedecologiepopulaire.orgwww.rueleon.net

Les interventions :

Mohammed Taleb : "Les enjeux philosophiques d’une résistance social à la gestion coloniale des espaces humains, du global au local"

Monique Crinon : "Le poids de la mémoire coloniale dans la gestion urbaine, économique et sociale des quartiers"

Eros Sana : "Le sens et les suites de la commission civile d’enquête réclamée par la ZEP pour un suivi continu de la question des violences policières en France"


Mohammed Taleb : "Les enjeux philosophiques d’une résistance sociale à la gestion coloniale des espaces humains, du global au local"

"Les rapports sociaux ne se déploient dans la stratosphère ou sur Mars, mais dans l’espace concret des hommes, des femmes et des sociétés. Ces espaces ne sont pas neutres mais portent la marque des injustices, des inégalités mais aussi des combats et des mouvements émancipateurs. Notre exposé montrera que l’impérialisme occidental - et le modèle de civilisation marchand qu’il entend développer planétairement - restructure l’espace selon ses intérêts. De la Conquête de l’Ouest (des colons génocidaires occidentaux) au Nouvel Ordre Mondial (de Bush père), de la Doctrine de Monroe (l’Amérique aux américains) au projet de Nouveau Moyen Orient (Bush jr.), les Etats Unis se livrent à reconfiguration de la géographie des mondes. D’ailleurs, l’actuelle mondialisation entre clairement dans cette perspective qui livre l’espace humain et écologique à la logique prédatrice des puissants. Il est pour nous évident que l’actuel discours des droites et gauches sécuritaires en France sur les quartiers populaires, notamment ceux dans lesquels vivent de nombreuses communautés issus de pays colonisés, releve du même paradigme colonial-géographique. De la Conquête de l’Ouest des colons étasuniens à la "reconquête des terrioires perdus de la République" de nos chers "sécuritaristes", il y a un continuum qui "indigénéise". Ce proccessus il faut le dire pour s’y opposer.." Mohammed Taleb, philosophe, est membre de la Zone d’Ecologie Populaire, et président de l’Association Ishtar.

JPEG - 17.8 ko



Commentaires