Alain Finkielkraut

mercredi 21 février 2007
popularité : 4%

- Alain Finkielkraut : philosophe du colonialisme.

Inspiré par les écrits de Hannah Arendt, Emmanuel Lévinas mais aussi Charles Péguy, Vladimir Jankélévitch et Milan Kundera, il analyse les illusions du modernisme et la fragilisation du lien social. Il s’en prend régulièrement, notamment dans La défaite de la pensée, au "relativisme" culturel, selon lequel toutes les croyances, mœurs et inventions culturelles se valent.

Dans le Figaro du 15 novembre 2005, Finkielkraut estime, à propos des émeutes dans les banlieues françaises que les « casseurs » sont issus d’une culture anti-française et anti-républicaine, qu’il relève dans certains textes de rap Il déclare à ce sujet que « la violence actuelle n’est pas une réaction à l’injustice de la République, mais un gigantesque pogrom antirépublicain. [...] On aurait dû décréter l’illégitimité de la haine et leur faire honte. [...] La victimisation et l’héroïsation sont une invitation à la récidive ».

Citations :

"Les gens disent que l’équipe nationale française est admirée par tous parce qu’elle est black-blanc-beur. En fait, l’équipe de France est aujourd’hui black-black-black, ce qui provoque des ricanements dans toute l’Europe."

« En France on voudrait bien réduire les émeutes à leur niveau social. Voir en elles une révolte de jeunes de banlieues contre leur situation [...]. Le problème est que la plupart de ces jeunes sont noirs ou arabes et s’identifient à l’Islam. Il y a en effet en France d’autres émigrants en situation difficile, chinois, vietnamiens, portugais, et ils ne participent pas aux émeutes. Il est donc clair qu’il s’agit d’une révolte à caractère ethnico-religieux. »

« on change l’enseignement de l’histoire coloniale et de l’histoire de l’esclavage dans les écoles. On y enseigne aujourd’hui l’histoire coloniale comme une histoire uniquement négative. On n’enseigne plus que le projet colonial voulait aussi éduquer, apporter la civilisation aux sauvages. On ne parle que des tentatives d’exploitation, de domination, et de pillage. »

« Je suis né à Paris et suis le fils d’immigrants polonais, mon père a été déporté de France, ses parents ont été déportés et assassinés à Auschwitz, mon père est rentré d’Auschwitz en France. Ce pays mérite notre haine. Ce qu’il a fait à mes parents était beaucoup plus brutal que ce qu’il a fait aux Africains. Qu’a-t-il fait aux Africains ? Il n’a fait que du bien. »

Selon le rapport des Renseignements Généraux du 23 novembre 2005, "les jeunes des cités étaient habités d’un fort sentiment identitaire ne reposant pas uniquement sur leur origine ethnique ou géographique, mais sur leur condition sociale d’exclus de la société française"….



Commentaires

Logo de rithamoore
jeudi 6 janvier 2011 à 12h20 - par  rithamoore

I wantw i whad hapweninwg and game towfind the informawtive awee sawe ywurs.
buy tramadol online