Afrique recolonisée : accaparement des terres et pillage des ressources

samedi 12 février 2011
popularité : 6%

Afrique recolonisée : accaparement des terres et pillage des ressources

Mercredi 23 février à 19h30

A la Salle Jean Dame - 17 rue Léopold Bellan - 75002 Paris - Métro Sentier

Les décolonisations formelles n’ont pas mis fin aux appétits impérialistes. Ce début du 21ème siècle est marqué par un retour en force du colonialisme sur le continent africain. Environ 45 millions d’hectares de terres dans le monde, dont 2/3 en Afrique, ont été vendus à des investisseurs étrangers, entre octobre 2008 et août 2009. Cette acquisition à grande échelle, apparue il y a une dizaine d’années connaît une accélération effrénée ces dernières années.

Au Forum Social Mondial de Dakar, l’accaparement des terres agricoles par les multinationales est pointé comme une nouvelle forme de colonialisme qui hypothèque à long terme la souveraineté alimentaire des peuples africains et les dépossède de leur bien le plus précieux. Nous y reviendrons au cours de cette soirée en compagnie de Jean-Claude Rabeherifara, sociologue et membre de l’AFASPA, de retour de Dakar.

Pour autant, cette problématique n’est pas nouvelle. L’appropriation des ressources d’Afrique, si elle est aujourd’hui aussi le fait de pays du Sud (Corée, Lybie, etc.), a bien entendu commencé avec la colonisation. Les européens se sont alors servis allègrement parmi les terres et les matières premières. Aujourd’hui qu’en est-il ?

A travers le cas du Congo-Brazzaville, nous étudierons la continuité de cette relation à sens unique. Cumulant 26 ans d’exercice du pouvoir à la tête de ce pays, le dictateur Denis Sassou Nguesso est surnommé Monsieur 17%. Ce serait en effet à ce prix bradé qu’il livrerait le pétrole, dont le pays est riche, aux compagnies pétrolières occidentales, Total en tête. M. Nguesso y trouve évidemment son compte et il fait d’ailleurs l’objet d’une plainte en France, dans l’affaire des Biens Mal Acquis : il disposerait de plusieurs biens de grande valeur en France qu’il aurait acquis gràce à l’argent détourné de la rente pétrolière. Le Congo-Brazzaville est ainsi emblématique de la Françafrique.

Benjamin Moustila, auteur de Denis Sassou Nguesso, l’irrésistible ascension d’un pion de la Françafrique et membre de la FCD (Fédération des Congolais de la Diaspora) nous présentera la situation de son pays, en proie à un pillage qui n’a jamais cessé, tandis que la population est l’une des plus pauvres du monde.

Une soirée-débat organisée par Survie et l’Afaspa.

Survie : Survie est une association (loi 1901) qui mène des campagnes d’information et d’interpellation des citoyens et des élus pour une réforme de la politique de la France en Afrique et des relations Nord-Sud. - http://survie.org

AFASPA : Association Française d’Amitié et de Solidarité avec les Peuples d’Afrique – www.afaspa.com



Commentaires