Réponse de M.G. Buffet au questionnaire de CAAC-COMORES

samedi 21 avril 2007
par  Dou
popularité : 5%

Monsieur, Comme vous le savez je suis très attachée à un règlement de la situation des Comores. Je me suis adressée au Président de la République sur ce sujet. Le responsable des relations internationales du Parti communiste a rencontré cette semaine une délégation du Collectifs des Associations et des Amis des Comores (CAAC) et les a assuré de tout mon soutien. Vous me posez quatre questions vous trouverez ci-après ma réponse. 1. La suppression immédiate du visa Balladur Je me prononce pour la suppression immédiate du « visa Balladur ». ce visa institué en 1994 crée une situation inacceptable sur le plan humain. Il est fait état de milliers de morts entre Anjouan et Mayotte. Je pense que les Comoriens doivent avoir une liberté de circulation garantie. Il s’agit d’un seul peuple avec une seule langue sur les quatre îles. Aujourd’hui un Comorien qui se rend à Mayotte est considéré comme clandestin alors que très souvent une partie de sa famille y réside. Le visa a créé un « mur maritime » autour de Mayotte. 2. Le respect des droits de l’Homme à Mayotte en mettant un terme aux tracasseries administratives et policières que subissent les Comoriens des trois autres îles, en attendant qu’un règlement définitif du contentieux franco-comorien sur Mayotte soit trouvé. Le respect des Droits de l’Homme partout dans le monde est pour moi une question essentielle. Je me prononce donc pour qu’à Mayotte et aux Comores ils soient respectés et je m’engage à agir en ce sens. 3. L’engagement, sans tarder, de mettre en place un processus planifié de négociations entre la France et les Comores, pour sortir progressivement l’État comorien de la crise qu’elle connaît depuis plus de trois décennies ; 4. La réintégration de Mayotte dans son ensemble naturel et historique, en vertu du droit international pour que l’État Comorien retrouve enfin son intégrité territoriale et son unité nationale. En 1974 les Comoriens ont dans l’ensemble voté à 94% pour l’indépendance, choix que la France n’a pas respecté et ce contre l’avis des organisations internationales que sont les Nations Unies et OUA (Union Africaine aujourd’hui). Je pense qu’il faut respecter ce choix, c’est une question de justice et de droit. Il est urgent de construire une solution juste et « par le haut » qui soit bénéfique à tout le peuple comorien. Si en apparence Mayotte, actuellement collectivité départementale d’Outre Mer, peut présenter des attraits pour les habitants des trois autres îles au point que beaucoup risquent leur vie pour tenter d’aller s’y installer ,s’y faire soigner, etc.. il n’en demeure pas moins qu’une grande pauvreté y domine, des atteintes aux droits de l’homme y sont perpétrées. Assumer le passé colonial français passe par la reconnaissance de l’unité des quatre îles. La France, y compris avec le soutien de l’UE et des institutions financières internationales pourrait s’engager dans des partenariats et des coopérations aidant au développement notamment des services sociaux existants à Mayotte en menant en même temps une politique volontariste de développement pour les trois autres îles. Cela permettrait de construire les conditions sociales et économiques d’une unité comorienne et d’une souveraineté nationale avec un statut unique pour un seul peuple. Aller dans ce sens permettrait à la France de s’engager résolument dans le respect des résolutions de l’ONU , du droit international et le droit des peuples à l’indépendance. Espérant avoir répondu à vos questions et vous assurant que vous pouvez comptez sur moi, veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de ……

— extrait de la lettre de MGB



Commentaires

Logo de Mustapha924
mercredi 16 mars 2011 à 00h19 - par  Mustapha924

Ce Monsieur ne s’est pas renseigné du tout quand aux positions des uns et des autres. Les grands paris français (UMPS =UMP + PS) militent pour l’occupation définitive de Mayotte. Déjà sous Mitterrand, les choses se sont accélérées dont le Visa Balladur. Sous Chirac, c’est l’inscription de l’île comorienne de Mayotte dans la constitution française. Sous Sarkozy, c’est le référendum avec 2 ans d’avance par rapport au calendrier. Ségolène, Bayrou… sans oublier Rocard l’artisan du séparatisme anjouanais sont tous pour la recolonisation des Comores.

Côté comorien : très peu de politiciens manifeste leur opposition contre l’occupation de l’île Comorienne de Mayotte. Les gouvernements successifs comoriens ont toujours cédé à la politique néocoloniale et coloniale français sans user du poids du droit international ou des alliers des Comores ainsi que certaines organisations (Ligue Arabe, Conférence Islamique, Union Africaine, Conférence des 184 pays non alignés…). Enfin Sambi a raté le coche en 2008 à l’ONU pour n’avoir pas saisi le Conseil de sécurité de l’ONU. La France aurait usé de son droit de veto mais c’est un geste qui aurait été en faveur des Comores.

Concernant le PCF dont MGB était la secrétaire nationale, il a toujours été du côté du peuple comorien preuve à l’appui : une conférence de presse à la Fête de l’Huma en 2006, avec le CAAC (Collectif des Associations et des Amis des Comores). Dimanche 1er Avril 2007, lors de sa campagne présidentielle à Bercy, le PCF (MGB) a invité le CAAC à la tribune internationale et Francis Wurtz a présenté les Comores sous l’angle de l’occupation de l’île Comorienne de Mayotte. Enfin, le PCF a envoyé une délégation de députés et sénateur à Moroni et à Mayotte en soutien au peuple comorien et contre le référendum de départementalisation de l’île comorienne de Mayotte… Il a eu plusieurs conférences Place Colonel Fabien où le CAAC a toujours été invité pour évoquer les forfaitures française aux Comores et le PCF est à l’origine de plusieurs article dans l’Huma sur la question de l’île comorienne de Mayotte. Tout cet engagement du PCF sans jamais demander aux membres du CAAC d’y adhérer.

Alors, cher compatriote, il n’est plus temps de s’attaquer à nos amis mais plutôt aux ennemis intérieurs et extérieurs des Comores. Tu ne peux pas rester sans savoir qu’aux Comores comme en France, il y a des organisations qui défendent cette cause aux périls de leur vie ? Si tu es réellement patriote et non critique politique, alors rejoint le Comité Maoré à Moroni ou le CAAC à Paris dont l’adresse mail est : caac.comores@gmail.com.

Mustapha Abdou-Raouf
caac.comores@gmail.com

Logo de said
lundi 30 avril 2007 à 15h03 - par  said

Je trouve la position du PCF courageux mais c’est plutôt de la langue de bois. La question mahoraise est trés ambigue mais il est clair que le ratachement aux comores ne va pas se faire.Je suis grand comoriens, et je trouve qu’on en fait trops sur la question Mahoraise. Aujourd’hui la priorité pour les comoriens n’est pas sur l’île de Mayotte mais plutôt sur le developpement socio-economique dans les 3 îles autonomes.
Il est clair qu’on peut toujours se battre pour demontrer l’illegalité même du referendum. Quand en France Mme Royale a osé dire que peut etre les français ne se poserait pas à l’independence de la Corse, toute la France s’est levé pour la critiquer en considerant que la Corse est française et qu’il n’est pas question d’envisager son independence. Et pourtant la France même a pu separer nos îles malgré la clareté du vote de 1974 en faveur de l’independence.
Comment pouvait on organiser un referendum dans le seul objectif de separer le même peule. Les mahorais sont des comoriens comme tous les autres et a ce titre son vote devait suivre celui des autres iles, ce qui n’a pas été le cas. Ajoud’hui la France peut faire beaucoup de choses sur cette question en facilitant la communication inter-îles comme ça toujours ete le cas avant le visas Baladure. Mais pour cela les politiques comoriens devrait avoir une position commune et non pas tantôt la femete tantôt le compris selon les president.